Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

samedi 31 mars 2012

NICOLAS SARKÖSY DE NAGY-BOCSA, AFGHANISTAN, SYRIE, DCRI, ECHO DES MONTAGNES,MOHAMED MERAH, FREDERIC BERGER

                                                 PIÈGES POUR GOYIM

Voila après TOULOUSE, SARKÖSY de NAGY-BOCSA a promis de brûler mort et vif, toutes personnes ayant des contacts avec des réseaux dits"islamistes".

Pour ce faire, les services de la ripou-blique bananière française invente des messages provenant "al-qaïda" vous les envoie et vous mettent en prison à vie, avec rabattage des presses-tituées aux ordres.
Tout cela pour prendre la branlée aux présidentielles, tout ça pour ça!!!!


Au fait qui a vu la dépouille de MOHAMED MERAH????


Voila le coup fourré des services de sa Majesté SARKOSION:


j'ai reçu un message hier du plus mauvais goût
je l'ai signalé sur le site internet du gouvernement en leur donnant un copier coller et j'ai fait une démarche locale pour faire suivre dans leur service informatique pour la lutte contre la cybercriminalité
voici, la tentative d'escroquerie par extorsion de fonds sous la menace par du hacking
comme tu peux le voir le destinataire est "undisclosed recipients" pour regrouper un ensemble d'emails inconnus, comme un pêcheur lance sa canne dans la rivière, le flux amène le poisson... dans le but de récupérer mon email déjà !
en faisant un clic droit sur le message dans outlook puis en allant sur l'onglet détail, j'ai récupéré le chemin !
j'ai trouvé le lieu d'expédition : abidjan, côte d'ivoire !
l'imagination humaine dans son pire mauvais goût !
a +

le message du pire mauvais goût ! ...

----- Original Message -----
Sent: Thursday, March 29, 2012 6:38 PM
Subject: URGENT !!!

Bonjour
Je suis Abdul Sayed un agent terroriste d' Al-Qaïda
J'ai été envoyer en Mission Depuis l'Afghanistan pour vous Tuer vous et ainsi que votre Famille .
Cela fais dix jours que je vous suis de près . Mais j'ai remarqué que vous êtes une personne bien et d'inoffensive, pas comme mes supérieurs me l'avais dis . Étant donné que je dois remplir ma Mission  je suis obligé d'agir dans les jours qui suivent , n'essayez surtout pas de prévenir la police ni qui que ce sois .
Mais je peux vous donner une chance et essayer de négocier avec vous .

Recontacter moi à la vue de cet Mail .(bravo le SQUAL,ndlr)!!!!


le rootage et les passerelles : le chemin par où c'est passé

Return-Path: <abdulsayed@hotmail.fr>
Received: from msfrf2403.sfr.fr (msfrf2403 [10.18.29.17])
  by msfrb0906 (Cyrus v2.3.16) with LMTPA;
  Thu, 29 Mar 2012 18:38:20 +0200
X-Sieve: CMU Sieve 2.3
Received: from filter.sfr.fr (localhost [127.0.0.1])
 by msfrf2403.sfr.fr (SMTP Server) with ESMTP id AB2A31C00044
 for <clb000000000000000022488680@back09-mail02-03.sfrmc.priv.atos.fr>; Thu, 29 Mar 2012 18:38:20 +0200 (CEST)
Received: from sfrmc.priv.atos.fr (localhost [127.0.0.1])
 by msfrf2403.sfr.fr (SMTP Server) with ESMTP id 9E4341C00093
 for <>; Thu, 29 Mar 2012 18:38:20 +0200 (CEST)
Received: from snt0-omc4-s3.snt0.hotmail.com (snt0-omc4-s3.snt0.hotmail.com [65.55.90.206])
 by msfrf2403.sfr.fr (SMTP Server) with ESMTP
 for <>; Thu, 29 Mar 2012 18:38:20 +0200 (CEST)
X-SFR-UUID: 20120329163820392.5FCA5327@msfrf2403.sfr.fr
Received: from SNT143-W7 ([65.55.90.200]) by snt0-omc4-s3.snt0.hotmail.com with Microsoft SMTPSVC(6.0.3790.4675);
  Thu, 29 Mar 2012 09:38:16 -0700
Message-ID: <SNT143-W77D5C660D6E710204803EAE480@phx.gbl>
Content-Type: multipart/alternative;
 boundary="_613fc429-29da-436d-b3d0-3f8cc971d3e7_"
X-Originating-IP: [196.201.95.48] ici est l'adresse IP de l'expéditeur !!!
From: ABDUL SAYED <abdulsayed@hotmail.fr>
Subject: URGENT !!!
Date: Thu, 29 Mar 2012 16:38:15 +0000
Importance: High
MIME-Version: 1.0
X-OriginalArrivalTime: 29 Mar 2012 16:38:16.0139 (UTC) FILETIME=[573701B0:01CD0DCA]
X-sfr-spam: not-spam
X-sfr-spamrating: 46.000000
X-sfr-spamcause:  OK, (30)(0000)gggruggvucftvghtrhhoucdtuddrfeegfedrtdefucetggdotefuucfrrhhofhhilhgvmecuuffhtffirfdpvehhvggtkhevgfenuceurghilhhouhhtmecufedttdenuchmihhsshhinhhgucfvqfcufhhivghlugculdeftddm
X-sfr-mailing: LEGIT
To: undisclosed-recipients:;

en cherchant la localisation de l'adresse IP de l'expéditeur ci-dessus ( 196.201.95.48 )
et en allant sur un site de géolocalisation des adresses IP, http://www.trackipaddresses.com/database/#demo
 j'ai trouvé que ça vient d'abidjan !!!
 IP: 196.201.95.48 Ville: Abidjan Pays: CI (Côte d'Ivoire) Etat: 82 () FAI: Côte d'Ivoire Telecom Organisation: Côte d'Ivoire Telecom Latitude: 5.3411 Longitude: -4,0281

PALESTINE, CISJORDANIE, ISRAËL, ALAIN JUPPE, ECHO DES MONTAGNES, BOYCOTT, FREDERIC BERGER

Israël aboie : le gouvernement français se couche

                                                      A  la niche  ALAIN JUPPE


Le ministère des Affaires étrangères vient de "rafraîchir" son site de "conseils aux voyageurs" en mettant en garde contre "des risques d’incidents et de débordements à l’aéroport Ben Gourion à partir de dimanche 15 avril prochain, dans le cadre de l’initiative ’Bienvenue en Palestine’ prise par certaines associations".

"Il est déconseillé de participer à cette opération, eu égard aux risques de rétention dont pourrait faire l’objet certains voyageurs en cas de refus d’expulsion", ose-t-il écrire.
Le gouvernement français a pourtant pris connaissance, par écrit et par oral, des intentions parfaitement transparentes et pacifiques des centaines de ressortissants français qui comptent se rendre à Bethléem du 15 au 21 avril, pour y participer à la construction d’une école.
Ces intentions lui ont été réaffirmées le mardi 27 mars à l’occasion d’une entrevue, à sa demande, au cours de laquelle deux représentants du groupe français de la mission internationale "Bienvenue en Palestine" ont demandé à Alexis Le Cour Grandmaison et à Dominique Waag de bien transmettre à leurs homologues israéliens que nous ne nous rendions pas à l’aéroport de Tel Aviv pour la moindre manifestation ou confrontation, mais parce que nous étions obligés de transiter par cet aéroport pour nous rendre en Cisjordanie, Israël ayant détruit les aéroports permettant d’atterrir directement dans les Territoires palestiniens.
Nous avons précisé que des cars nous attendraient à l’extérieur de l’aéroport de Tel Aviv et que nous nous engagions à aller directement à Bethléem sans séjourner sur le territoire israélien. Nous avons rappelé qu’Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, avait déclaré en juillet son "attachement à la liberté de circuler vers la Cisjordanie". Il l’a d’ailleurs montré à l’automne dernier, en laissant partir sans encombres de l’aéroport de Roissy des dizaines de nervis de la LDJ après qu’ils eûrent publiquement annoncé recruter des personnes ayant une expérience militaire afin d’aller prêter main forte aux colons de Cisjordanie pour casser du Palestinien. (Il faut dire que c’était avant que Sarkozy pense à des "mesures contre les personnes qui se rendent à l’étranger pour des travaux d’endoctrinement !").
Donc, de quels risques d’incidents et de débordements parle-t-on ? De ceux que le gouvernement israélien voudrait créer de toutes pièces, alors que nous comptons nous présenter tranquillement au contrôle des passeports de l’aéroport de Tel Aviv, avec des papiers en règle et des invitations émanant d’associations palestiniennes qui oeuvrent dans le domaine de l’éducation ?
Comment se permettre d’écrire, comme si il allait de soi que nous serions expulsés, que nous pourrions de surcroît, être en rétention "en cas de refus d’expulsion" ? Pourquoi serions-nous expulsés ? Et pour quels(s) délit(s) ? Pourquoi faudrait-il accepter de subir une expulsion parfaitement arbitraire et illégale ?
Nous n’avons pas d’illusions sur nos gouvernants et sur le fait qu’ils mangent dans la main de l’occupant israélien. Nous savons comment ils se sont comportés en juillet dernier, et plus généralement comment ils refusent d’appliquer le droit international, et le principe de réciprocité, alors qu’ils laissent entrer en France tous les Israéliens qui le souhaitent, y compris les criminels de guerre. Ils ne défendent même pas les diplomates français quand ils sont humiliés, brutalisés voire blessés par la police ou l’armée israélienne.
Quand nous lui avons demandé pourquoi la France ne prenait aucune sanction contre Israël, y compris dans ces situations, M. Le Cour Grandmaison nous a répondu textuellement :
"Je ne suis pas sûr que des sanctions contre Israël seraient efficaces. Je viens de recevoir des opposants syriens qui pensent que des sanctions contre la Syrie ne serviraient à rien, et qu’il faut une intervention militaire". (sic)
Ce à quoi nous avons répondu que nous n’étions pas venus, pour notre part, réclamer un bombardement sur Israël même si le gouvernement israélien d’extrême-droite n’était pas mieux que celui de la Syrie...Et que s’il préférait les bombardements aux appels au boycott, c’était son choix pas le nôtre.
Est-il utile de préciser que lorsque ce responsable du Quai d’Orsay s’est permis, lors de la même entrevue, de nous demander la liste de nos participants, nous avons bien entendu refusé.
La méthode d’intimidation ne marchera pas. Les participants à la mission "Bienvenue en Palestine" ont le droit, la justice et la morale de leur côté. Et ils sont conscients de la gravité de la situation pour les Palestiniens, chaque jour davantage persécutés et dépossédés. Ils n’ont pas honte d’aller leur rendre visite. Et de le faire la tête haute, sans mentir, sans rentrer dans le jeu de l’occupant, qui voudrait rayer de la carte la Palestine et les Palestiniens.
Messieurs du Quai d’Orsay, messieurs du gouvernement, l’histoire retiendra que vous n’avez pas beaucoup de dignité.
CAPJPO-EuroPalestine
Site du MAE
Dernière mise à jour le : 30 mars 2012 - Information toujours valide le : 30 Mars 2012
Dernière Minute
Aéroport de Tel Aviv
Des risques d’incidents et de débordements à l’aéroport Ben Gourion existent à partir de dimanche 15 avril prochain, dans le cadre de l’initiative "Bienvenue en Palestine" prise par certaines associations. Il est déconseillé de participer à cette opération, eu égard aux risques de rétention dont pourrait faire l’objet certains voyageurs en cas de refus d’expulsion.
Les autorités israéliennes ont déjà indiqué qu’elles ne laisseraient pas entrer sur leur territoire les personnes qui pourraient représenter, selon elles, un trouble pour l’ordre public. Elles ont fait savoir que les personnes qui refuseraient d’être refoulées seraient transférées en centre de rétention, en attente soit de leur expulsion soit d’un passage devant la justice israélienne.
Les organisateurs ont été mis en garde par les services du ministère des Affaires étrangères et européennes contre les risques induits par cette opération.
Jérusalem et Territoires palestiniens
Il est recommandé de faire preuve de prudence lors des déplacements en Cisjordanie (en particulier dans les grandes villes : Ramallah, Hébron, Naplouse, Jénine) comme à Jérusalem-Est (en particulier le vendredi), d’éviter les rassemblements et les attroupements, enfin de redoubler de vigilance à l’approche des check-points et des colonies israéliennes.
Bande de Gaza
Tous les déplacements dans la Bande de Gaza sont fortement déconseillés. La Bande de Gaza est régulièrement la cible d’actions militaires israéliennes. En outre, le risque d’enlèvement de ressortissants étrangers y demeure très élevé.
Il est par ailleurs formellement déconseillé de prendre place à bord de navires ayant pour intention de briser le blocus maritime imposé sur la Bande de Gaza, eu égard aux risques sécuritaires liés à une telle entreprise.
http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/israel-territoires-palestiniens-12265/

SOS JUSTICE, INDIGNES DE LA JUSTICE, NICOLAS SARKÖSY de NAGY-BOCSA, MIRALLA CARBONATTO, CONSEIL CONSTITUTIONNEL, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

Mirella CARBONATTO
Présidente

COMMUNIQUE DE PRESSE
OPPOSITION A L’ELECTION PRESIDENTIELLE
 de Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY
Nicolas SARKOZY inconnu des mairies de tous les arrondissements de Paris
Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY
 ne bénéficie d’aucune immunité présidentielle
Plainte du 9 février 2012 dirigée à l’encontre Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY et ses complices du Conseil Constitutionnel
POUR LE VERITABLE PRINTEMPS FRANÇAIS !


                                                                                                                                                                             Nice, le 20 mars 2012

Mesdames et Messieurs les Journalistes
Mesdames et Messieurs les Députés et Sénateurs
Monsieur le Président du CSM
Monsieur le Premier Président de la Cour de Cassation


Mesdames et Messieurs,

Parce qu’il arrive un moment où les escroqueries dirigées à l’encontre du Peuple Français,  que les crimes commis contre la nation et les crimes commis contre l’Humanité doivent cesser ! Nous tenions à vous informer qu’en date du 9 février 2012 Sos Justice et Droits de l’Homme a déposé plainte auprès du Parquet de Monsieur le Procureur de Nice, à l’encontre de Monsieur Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY et de ses complices du Conseil Constitutionnel pour l’avoir laissé usurper durant 5 ans,  les titres de Président de la République et de Chef des Armées, alors que celui-ci, s'est présenté aux élections présidentielles de 2007 sous le nom d'usage de « Nicolas SARKOZY » qui n'existe dans aucune mairie des arrondissements de Paris.

Ce qui ne lui confère aucune immunité présidentielle, Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOSCA n’ayant jamais été élu par le Peuple Français et Nicolas SARKOZY étant inconnu de l’état Civil des mairies de tous les arrondissements de Paris.

En effet, comment le Conseil Constitutionnel peut-il proclamer les résultats d’une élection présidentielle et faire publier les résultats de cette élection au Journal Officiel de la République, lorsqu’il s’agit d’une personne inconnue de l’état civil  et d’un sans papiers, sans que cette personne ne puisse bénéficier de complicités au sein du Conseil Constitutionnel qui produit des faux en écritures publiques ?

Nous nous trouvons donc à la tête de l’Etat, avec un Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA et un Nicolas SARKOZY, un sans papiers qui occupent illégalement le Palais de l’Elysée à grands frais pour le Peuple Français depuis mai 2007.

Néanmoins, ce fut une jolie manière pour le Conseil Constitutionnel de lui fournir les moyens en utilisant un nom d’emprunt :

1 - de se soustraire à la Justice, aux enquêtes judiciaires, aux poursuites judiciaires et au fisc,

2 – de l’autoriser à ruiner la France,

3 – de procéder à des mutations de magistrats au gré de sa fantaisie et en fonction de ses propres besoins politiques,

4 - de détruire l’armée française,

5 - de lancer des guerres criminelles à l’encontre de peuples innocents,

6 - de modifier la Constitution,

7 - de violer la Souveraineté Nationale et les droits élémentaires des français pour les contraindre contre leur gré à accepter par la force, le Traité Liberticide de Lisbonne, et

8 – de fabriquer des faux en écritures publiques qui n’ont aucune valeur juridique, car signés d’une signature « Nicolas SARKOZY » qui n’existe dans aucune des mairies des arrondissements de Paris. Et faux en écritures publiques que le Conseil Constitutionnel et le Journal Officiel de la République continuent de valider.

Cette escroquerie dirigée à l’encontre du peuple Français perdure depuis que Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA est entré en politique, soit depuis 1977 en utilisant le nom d’emprunt de Nicolas SARKOZY pour cacher son véritable patronyme au Peuple Français et signer des actes qui n’ont aucune valeur juridique.

En effet, sa signature n'a aucune valeur juridique pour lui permettre d'engager la France et les Pays Européens dans des conflits armés, d’entraîner vers la ruine les Peuples Français et Européens, de donner des ordres aux militaires afin qu’ils aillent massacrer des innocents dans leurs pays respectifs, sans qu’ils ne représentent un quelconque danger pour les Français, et ce sans droits ni titre.

Afin de l'empêcher de se représenter aux prochaines élections présidentielles de 2012 et de l'empêcher de continuer à ruiner la France et les pays Européens, ainsi que de poursuivre le massacre d’innocents dans les pays étrangers. Nous avons mis opposition à sa candidature en déposant plainte à son encontre et à celle de ses complices, notamment les membres du Conseil Constitutionnel qui lui auront fourni les moyens durant 5 ans  pour le faire au détriment des Peuples Français, Européens et étrangers.

Le Conseil Constitutionnel vient de récidiver aujourd’hui, le 20 mars 2012, en acceptant la candidature de « Nicolas SARKOZY » aux élections présidentielles de 2012, sous son nom d’emprunt, tel que vous pourrez le constater sur le site de la Commission Nationale de Contrôle de la Campagne des élections présidentielles de 2012 à la rubrique candidats : http://www.cnccep.fr/les-candidats/

Les candidats
Liste des candidats arrêtée par le Conseil constitutionnel
·         Madame Eva JOLY
·         Madame Marine LE PEN
·         Monsieur Nicolas SARKOZY
·         Monsieur Jean-Luc MÉLENCHON
·         Monsieur Philippe POUTOU
·         Madame Nathalie ARTHAUD
·         Monsieur Jacques CHEMINADE
·         Monsieur François BAYROU
·         Monsieur Nicolas DUPONT-AIGNAN
·         Monsieur François HOLLANDE
Pour arrêter ces massacres, le 9 février 2012, nous avons saisi le Parquet de Nice, d'une plainte déposée à l'encontre de Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY et de ses complices, aux motifs de :

Faux en écritures publiques - Usage de faux en écritures publiques et complicités
Escroqueries dirigées contre le Peuple Français -  Crimes commis contre la Nation
Crimes commis contre l’Humanité – Génocide financier de la France

Pour votre bonne information, vous trouverez  les copies : de la plainte, des courriers d'accompagnement de nos actes et des 2 mémoires de pièces que nous avons été amenés à communiquer au Parquet de Nice, depuis le 9 février 2012.

Le dernier mémoire datant du 15 mars 2012 et la dernière lettre RAR ayant été adressée au Parquet de Nice, datant du 20 mars 2012.

Ces documents sont au format PDF et vous pourrez aisément les télécharger dans votre ordinateur pour en prendre connaissance et en conserver les traces officielles.
Afin de permettre à celles et ceux qui souhaitent participer à cette action salvatrice pour la France, en saisissant le Parquet de leur ville ou de leur juridiction, d’une plainte. Ils trouveront dans les pièces ci-dessous, un modèle de plainte à laquelle ils pourront joindre les copies de tous nos actes et des deux mémoires de pièces ainsi que les pièces annexes qui constitueront un précédent judiciaire.
Les actes et pièces à télécharger ci-dessous :


MODELE DE PLAINTE A TELECHARGER POUR CEUX QUI SOUHAITENT SAISIR LE PARQUET DE LEUR VILLE OU DE LEUR JURIDICTION
Modèle de Plainte - Election illégale de Sarkozy.doc
http://www.dossiers-sos-justice.com/media/02/00/3988168363.doc

LES ACTES 
Mémentos des Candidats aux élections législatives, cantonales et sénatoriales.
Mémentos fournis par le Conseil Constitutionnel qui autorise les candidats et leurs remplaçants à se présenter aux élections sous un nom d'usage.
Nous vous demandons de prendre attentivement connaissance de nos actes et notamment de nos deux mémoires qui nous ont demandé un travail considérable en recherches et en mise en forme.

De nombreuses images parsèment les mémoires afin que les magistrats qui seront saisis de ces affaires dans différentes juridictions, ne puissent pas ignorer ces pièces qui nous semblent capitales pour étayer notre plainte et les vôtres.
Cette affaire devant être connue du public avant les prochaines élections présidentielles et le
Nous demandons aux journalistes de faire connaître cette affaire publiquement, et aux Députés et Sénateurs, ainsi qu’au Président du Conseil Supérieur de la Magistrature et au Premier Président de la Cour de Cassation, de faire le nécessaire promptement, afin que Monsieur Nicolas SARKÖZY de NAGY-BOCSA dit Nicolas SARKOZY « QUI NE BENEFICIE D’AUCUNE IMMUNITE PRESIDENTIELLE », soit empêché de se présenter aux élections présidentielles et qu’il soit interpellé immédiatement et mis hors d’état de nuire au Peuple Français.
Pour celles et ceux qui souhaitent s'informer sur la véracité de nos différentes saisines du Parquet de Nice depuis le 9 février 2012.
Nous vous communiquons le numéro de téléphone du Parquet, afin qu'ils puissent prendre leurs renseignements auprès de Monsieur le Procureur de la République de Nice au numéro suivant : 04 92 17 72 01
Nous vous remercions par avance pour votre attention et pour votre entière participation à ce combat civique qui vise, comme l'aurez compris, à libérer la France des corrompus qui nous gouvernent et qui nous ruinent depuis trop longtemps.
Dans l’attente de votre entier soutien et de vos réactions salvatrices pour le Peuple Français, nous vous souhaitons bonne réception du présent communiqué de presse et vous prions d’agréer, l’expression de nos meilleures salutations.

ALGERIE, NOUVELLE REPUBLIQUE, CHERIF ABDEDAÏM, LAMENTATION, ISRAËL, NETANYAHOU, PALESTINE, SIONISME, ZIONISME, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

Voici un article remarquable de notre confrère CHERIF ABDEDAÏM, journaliste à la NOUVELLE RÉPUBLIQUE d'ALGER.


                                                                  "Lamentations" 




Hugg !

 Le gendarme du Moyen-Orient a parlé ! Le régime sioniste provoque, il menace, il tue, il peut se permettre toutes les folies génocidaires tout en méprisant la communauté internationale. La vraie communauté internationale et non celle qui s’unit pour déstabiliser des pays souverains et esquive le problème palestinien.

Les récentes déclarations de Netanyahou font foi quant au mépris affiché par le régime sioniste vis-à-vis des instances onusiennes. Rappelons-le, ce dernier avait qualifié de « honteuse »  la décision du Conseil des droits de l’homme d’enquêter sur les colonies israéliennes en Palestine occupée.

Le ridicule n’ayant jamais tué, ce régime d’apartheid qui « n’a de leçons à recevoir de personne » (dixit Ariel Sharon),vient de menacer le Liban. Selon le quotidien israélien Haaretz « Israël repoussera avec une extrême violence quiconque s'approchera de ses frontières », ont affirmé les autorités de l'État hébreux dans des messages à l'adresse de la Syrie, du Liban de la Jordanie et de l'Autorité Palestinienne. Selon Haaretz, c'est l'Iran qui « tire les ficelles de cette manifestation » Voilà encore une nouvelle chansonnette pour faire monter la tension dans la région. Bien entendu, le dossier iranien est devenu cette pincée de sel qui agrémente la soupe aux lentilles sioniste.

Outre l’apartheid et autres conditions infernales qu’endurent les Palestiniens, voilà, maintenant qu’ils sont interdits de protestations. Une interdiction qui s’adresse notamment aux pays limitrophes.  Bientôt, le régime sioniste leur dicterait leur plat du jour ; et pourquoi pas ?

Rappelons-nous les événements du 15 mai dernier qui ont occasionné la mort de 10 Palestiniens à l’occasion de la commémoration de la Nakba.

 Dans ce contexte, le 30 mars prochain verra une grande manifestation  où près de 500.000 personnes sont attendues. Une « parade » contre la judaïsation de la ville sainte.  Que ferait le régime sioniste dans ce cas ?
Irait-il jusqu’à bombarder ces paisibles civils parce qu’ils ont opté pour la défense du droit des opprimés ?
Le régime sioniste trouverait-il un « alibi » pour  tester  ses nouvelles armes  comme il l’avait fait récemment en incinérant à coups de missiles 25 Palestiniens dans la Bande de Ghaza ? A ce propos, certaines sources avancent que : « L’armée israélienne utilise la Bande de Ghaza pour tester son système de défense anti missile Iron Dome financé par le Pentagone et déployé à plusieurs endroits au dessus du territoire palestinien colonisé par les Juifs sionistes. » 

Pour sa part, la presse israélienne  a rapporté  que les opérateurs du Iron Dome travaillent actuellement sur l’amélioration des capacités d’interception de ce système anti missiles pour que ce système puisse intercepter des missiles ayant une portée plus grande. Apparemment, l’Iranophobie, tend  à se chroniciser, ce qui nous rappelle l’histoire du loup et du chien. 
Chemin faisant, le loup s’effrayait à chaque feuille qui tombait. Et pourquoi ? « Parce que tout le monde me chasse », disait-il. Oui, chers lecteurs, le régime sioniste est effrayé par les moindres  murmures.  Les voix des futurs manifestants risquent de l’abasourdir.

 En attendant,  laissons-le dans ses  « lamentations ».
 
Chérif Abdedaïm

jeudi 29 mars 2012

CREDIT MUTUEL, JEAN MARIE WIESER, ALSACE, LUCAS, LORRAINE, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

                                    SAGA  DU CRÉDIT MUTUEL

Christine Lagarde, du FMI, a permis au crédit mutuel de ne plus être contrôlé. Cool pour la magouille.
 En voici un exemple magistral, avec la complicité des juges, des avocats et des notaires, tous sociétaires et responsables au crédit mutuel!!!

 Voici la carte d'identité du crédit mutuel, cliquez dessus, des nazis!!!

  
"Bonjour,
Ci joint un courrier à l'attention du président du Crédit Mutuel, banque mutualiste dans laquelle chaque sociétaire a droit à la parole, comme le précise sa pub.
Donc passez le courrier à tous vos correspondants, ce sera gentil et vous rendrez, du moins je l'espère, un grande service et ouvrira les yeux à tous nos Concitoyens.
Le Crédit Mutuel pourra le placarder sur les vitrines de ses caisses.
Ceux qui ont  Facebook ou sont sur Twitter.
Ou mettre ce document sur votre site si vous en avez un, c'est préférable, le CM essaye depuis des années de faire arrêter le site assvictimescreditmutuel.
Il vaut donc mieux être prévoyant et ne pas avoir les oeufs dans le même panier.
pas de soucis, pour ceux qui le feront je ne demanderai pas de droit d'auteur.

J'ai TOUTES les pièces justificatives, et,  s'il est nécessaire de les fournir elles sont au format pdf et donc facilement tranférables via le net..
Note La justice a eu les premiers justificatifs fin 2007. Ce qu'elle en a fait ... à ce jour rien.
Maintenant au Peuple de juger, car cette affaire n'est pas isolée, loin s'en faut.
En effet de nombreux justiciables ont fait les frais du système, qui est mis en oeuvre par une bande très volontaire,  parfaitement organisée et bénéficiant d'une immunité sans pareil.
Chacun sait que nous sommes pris depuis des années pour des cons, par nos politiciens, dont beaucoup sont issus du millieu judiciaire.
Les ministres de la justice successifs, ont été alertés depuis des années des dérives de ce groupe financier.
Tous nos élus sans exception,  se retranchent derrière "la séparation des pouvoirs", lorsque vous abordez des problèmes avec la justice.
C'est une parade, un leurre puisque les affaires récentes le démontrent régulièrement, que ce sont bien nos politiciens qui tirent les ficelles de la justice surtout lorsque qu'il y a de la monnaie en jeu.
Le conflit d'intérêt et ses répercutions annexes ne sont pas réprimés, alors pourquoi s'en priver, ceci même si cela nous pollue la vie à tous.
Nous les Petits, n'avons pas droit au chapitre, les notables seuls ont un traitement sur mesure,  proportionnel à tous les égards à l'épaisseur de leur portefeuille.

Leurs affaires des "grands" sont toutes médiatisées, peut être est-ce encore calculé, pour leur permettre encore des retombées financières annexes (exemple courant : poursuite en diffamation de journalistes qui ne sont pas de leur moule).
La priorité absolue est donc que le système pourri, mis en place depuis quelques dizaines d'années cesse au plus vite,  il n'a que trop duré.
L'affaire objet du courrier a commencé en 1999 à Mulhouse, juste après que la commission parlementaire spéciale soit passée à Strasbourg et a interrogé les magistrats de Mulhouse.
Cette commission a été crée parce qu'il y avait des problèmes et dérives pas très clairs dans les tribunaux de commerce.
La commission parlementaire au travers de son porte parole, a fait du vent à l'époque, histoire de se faire une pub gratuite, et se faire connaitre.
Aujourd'hui  rien n'indique que celà a changé, la voyoucratie a semble t-il même fait des émules et les affaires actuelles démontrent que c'est bien ancré au cœur de notre oligarchie inféodée aux financiers.
Bonne lecture"
Au Crédit Mutuel, victime d'un couple
de super-criminels

Monsieur Lucas, président de la banque « à qui parler », nous sommes franchement désolés de vous
avoir peiné de la sorte.

Nous ne pensions pas, qu'un jour, séduits par l'accroche très conviviale de votre slogan publicitaire,
avoir eu la mauvaise idée de confier à votre organisation financière la gestion des comptes, de feu
notre entreprise.

Notre entreprise était pourtant, ce que vous appeliez dans votre langage un « client modèle »,
puisqu'elle remettait tous les quinze jours, l'état complet de sa situation financière qui était réclamée
par votre directeur d'agence.

Votre directeur, avec énormément de zèle et prétextant de lui venir en aide, lui adressait force
courrier et fax.

Mais cet homme ne faisait peut-être que son travail, qui consistait simplement de s'assurer de
pouvoir encore débiter les intérêts, accompagnés de frais, hors des limites du supportable.

Nous regrettons amèrement, nous, les cautions de l'entreprise, de ne pas avoir pu faire face à cette
situation, sans doute difficile pour vous.

Nous sommes franchement navrés que vous n'ayez pu poursuivre cette tonte financière autant que
vous auriez aimé puisqu'en 1999 les caisses de la société étant asséchées, grâce à votre action
bienfaitrice.

Votre directeur d'agence, voyant la société exsangue, qui ne rapportait donc plus rien, a interrompu
du jour au lendemain, le soutien virtuel qu'il lui avait pourtant accordé pour une durée indéterminée.
Ce qui entraînera ipso-facto le dépôt de bilan et la liquidation de la société.

Nous sommes toutefois heureux de constater qu'en banquier prévoyant, vous n'avez pas oublié
d'assurer vos « arrières » en prenant soin de garantir bien au delà de nos maigres possibilités, les
agissements de votre organisme financier.

Vous, qui combattez l'usure et le surendettement, avez pris une option sur nos biens personnels,
existants et à venir, authentifiée par notaire interposé en sus du nantissement des actifs de la société.

Mais, nous compatissons, nous aurions sans doute dû accepter, sans réserve, la créance erronée d'un
montant de 960 650,44 Francs, majorées d'intérêts et de frais redondants que votre directeur
réclamait à la société moribonde.

Nous sommes désolés de ne pas pouvoir les payer et d'avoir eu la mauvaise idée de contester par
voie judiciaire les agissements de votre organisation, qui avait porté un grave préjudice à la caution
que nous étions.

Dans un accès de naïveté, étant certains de notre bon droit, nous avions annoncé à votre directeur
lorsqu'il nous a proposé un prêt personnel avec demande de nouvelles cautions (parents ou amis),
pour éponger les dettes de la société, alors même que nous étions ruinés, que nous entendions saisir
la justice afin de régler cette forme d'arnaque.

Nous vous l'accordons, nous ne nous sommes pas suffisamment méfiés du petit sourire au coin des
lèvres qu'avait ce jour notre interlocuteur, car aujourd'hui nous constatons que mal nous en prit de
contester vos méthodes peu cavalières.

Ce n'est qu'après de longues années passées à nous ruiner inutilement en procédures, que nous
réalisons que nous avions affaire à une (très) grande famille, composée de nombreux amis et
sympathisants, qui arpentent les couloirs des institutions, des prétoires et que ces amis
inconditionnels, pouvaient piper les dés sans que leur probité puisse le moins du monde mise en
doute.

Ce n'est que bien plus tard en triant nos documents que nous découvrons que curieusement le jour
de la liquidation de l'entreprise en 1999, un des juges consulaires qui siégeait au tribunal de
commerce portant le même nom que votre prédécesseur. Renseignement pris, il semblerait que
c'était le cousin de votre prédécesseur à la présidence de votre organisation bancaire !

Nous avons été tout autant surpris lorsque début 2007 , nous apprîmes que le défenseur adverse était
en fait un haut dirigeant de votre organisme, qu'il siégeait assis à vos côtés dans les hautes sphères
de votre nébuleuse organisation pyramidale, dont l'une est spécialement chargée du contrôle de
toutes les caisses du réseau estampillées du logo « Crédit Mutuel » .

Bien sûr il avait parfaitement le droit de vous défendre, nous ne le contestons pas, mais avait-il le
droit de le faire contre un sociétaire qu'il était censé au lu de vos statuts, protéger ?

Toutefois, l'hypocrisie et l'ignominie ne s'arrêtait pas là.
En décembre 2007, nous apprenions que l'un de nos défenseurs, celui qui a été rémunéré par nos
soins, afin d'assurer notre propre défense, en tant que caution, et qui nous suivait et nous conseillait
dès le début et pendant quelques années, était en même temps membre de votre organisation.

Il s'était bien gardé de nous faire part de ses fonctions de dirigeant, vice-président d'une des caisses
du réseau « Crédit Mutuel ». Nous pensions, qu'il était « seulement » bâtonnier et président de la
chambre d'arbitrage et de conciliation de la région !

Mais l'histoire rocambolesque continue. Il serait dommage d'oublier de citer notre découverte, tout à
fait fortuite, en juin 2009. Dans les pages de l'un de vos quotidiens régionaux, nous découvrons que
le notaire, professionnel « impartial », qui avait été chargé d'authentifier à la demande de votre
directeur, un acte exclusivement en faveur de votre groupe, fait, lui aussi, partie de votre
organisation.

Parfois, votre presse de propagande donne quand même des informations utiles.
Sans elle, nous n'aurions jamais appris que ce brave notaire assurait par ailleurs la haute fonction, il
est vrai très discrétionnaire, de président de Conseil de Surveillance d'une caisse, arborant votre
logo Crédit Mutuel.

Les procédures que nous avions eu l'imprudence d'engager, ne pouvaient par conséquent pas
aboutir.

Nous étions sans le savoir les « dindons de la farce » d'un système parfaitement rôdé et huilé, dans
lequel le conflit d'intérêt, la prise d'intérêt sont monnaie courante et la corruption omniprésente,
chaque intervenant venant picorer sa part sur notre dos, en toute discrétions et sans éveiller le
moindre soupçon.

Vous avez été très fort, vous avez obtenu des jugements favorables avec panache, et aujourd'hui
vous n'hésitez nullement à faire état de « la force de la chose jugée » qui vous permet de continuer à

Les combines usitées sont aux antipodes des discours politiciens se référant à la « Déclaration des
Droits de l'Homme » dont la France en serait dépositaire. D'ailleurs aucun politicien ne déplore vos
méthodes, puisque certains arrive sans trop de peine à les copier ou à les exporter.

Mais que cela ne tienne, ce système récurrent et pernicieux, apanage d'une certaine oligarchie,
gangrène en fait l'ensemble de la société et pollue la vie de tous.

Votre slogan de banquier qui donne « l'exemple qu'il faut suivre », aurait dû suffire à faire
comprendre aux hyper-criminels que nous sommes, de ne pas engager un combat, qui serait de de
toute façon inégal et perdu avant même l'ouverture de séance.

Nous avons perdu treize années à nous ruiner en frais et honoraires. Ces treize années de « galère »
ont eu raison de nous. Ces années ne seront même pas décomptées de notre « peine » et nous serons
désormais dans l'impossibilité totale de nous refaire, compte tenu de notre âge.

Notre maison, le seul bien que nous avions encore, vous a été vendue à « bon prix » par exécution
forcée dirigée par le notaire cité précédemment, après vos prouesses judiciaires. Néanmoins, cela
n'a pas suffi à rembourser, le solde réclamé et qui a été judicieusement capitalisé de frais divers.

Même si une possibilité quelconque pouvait être envisagée pour rouvrir cette affaire, nous ne
pouvons plus rien tenter faute de moyens, et même si nous en avions encore, nous hésiterions, car
de toute façon, vu le contexte, ce sera d'entrée voué à l'échec.

Vous connaissez parfaitement la musique puisqu'un de vos slogans publicitaires se décline sous
cette forme : « la banque qui donne le La ! ». En ce sens, pour tenir la baguette et mettre les gens à
genoux, vous le complétez par un autre dicton populaire : « l'argent c'est le nerf de la guerre » !

Aujourd'hui, notre situation financière est tout simplement nulle.

Il nous reste au final que nos caleçons, mais peut-être voulez-vous aussi vous en emparer ?

Auquel cas, accordez nous au moins cette faveur en patientant quelques jours.
Nous vous les remettrons avec grand plaisir, aux couleurs et odeurs correspondant à votre système !

Veuillez agréer, cher Monsieur le Président de la banque « à qui parler », nos irrespectueuses
salutations.

Christiane & Jean Marie Wieser
 

mercredi 28 mars 2012

DOMINIQUE STRAUSS KAHN, LIBERTE EXPRESSION, SEXE, PROSTITUTION, LIBERATION, ECHO DES MONTAGNES, JEAN QUATREMER, FREDERIC BERGER


"Sexe, mensonges et médias". L'affaire DSK à charge contre la presse française

Jean Quatremer, journaliste à Libération, avait dénoncé les comportements sexuels de DSK en 2007. "Il draguait lourdement des conseurs journalistes". Interview d'un chroniqueur qui décortique l'esprit de révérence à la française, et qui cloue au pilori les liaisons toujours dangereuses entre presse et pouvoir.
quatremer2.jpg
Rien ne prédisposait Jean Quatremer à s'intéresser aux pratiques sexuelles de DSK. Spécialiste des questions européennes, auteur du blog "Coulisses de Bruxelles" pour Libération, le journaliste est pourtant très vite choqué par l'attitude leste de DSK à l'égard de consoeurs. "Ce n'était pas un scoop! Tout le monde était au courant. Personne ne disait rien", s'exclame-t-il aujourd'hui. En 2007 déjà, quatre ans avant que l'affaire du Sofitel n'éclate à New York, il brise l'omerta en évoquant sur son blog le problématique "rapport aux femmes" du socialiste alors en lice pour occuper le poste de directeur du FMI. Aujourd'hui Jean Quatremer revient sur les liaisons dangereuses entre presse et pouvoir politique. Il publie "Sexe, mensonges et médias", un livre à charge contre le paysage médiatique à la française. Interview décryptage. 

Jean Quatremer, vous dénoncez en 2007 déjà les pratiques sexuelles de DSK. Quel était votre but à ce moment là?

J'ai écrit ce que tout le milieu connaissait. J'avais assisté à deux scènes notamment où Dominique Strauss Kahn draguait lourdement des consoeurs. Mes collègues ont confirmé ces habitudes. Lorsque j'écris en 2007 sur les pratiques douteuses de DSK, mon but n'est pas de mener une enquête sur sa vie privée. Comme il était candidat à la direction du FMI, j'avais voulu mettre en perspective une réalité culturelle. Si DSK pouvait être taxé de latin lover en France, il était à parier que son attitude allait lui amener les pires ennuis aux USA, où l'on ne plaisante pas avec le harcèlement sexuel.

Le moins que l'on puisse dire c'est que vous avez été peu suivi à ce moment là. Même votre journal Libération ne publie pas l'information...

Laurent Joffrin, mon patron de l'époque, depuis retourné au Nouvel Observateur, n'a pas donné suite à mon blog. Mes collègues se sont montrés critiques. Il ne m'ont en tout cas pas apporté leur soutien. Comme je vis à Bruxelles, je reste relativement éloigné des séances de rédaction et du microcosme parisien. Mon journal n'évoquera même pas l'incident dans le portrait qu'il fera de DSK suite à son élection à la direction du FMI en automne 2007. Une façon comme une autre de me rappeler que j'avais franchi la ligne jaune.

Et quelle est-elle cette ligne jaune?

La séparation entre vie politique et vie privée. La presse française a derrière elle une longue histoire de soumission à l'égard du pouvoir. En raison d'un scandale visant son épouse, Georges Pompidou a fait voter une loi en 1970 qui introduit la protection de la vie privée. Il s'agit de l'article 9 du code civil. Même le sénat avait mis en garde contre cette loi, attirant l'attention sur le fait qu'elle bâillonnait dangereusement les médias. Depuis l'omerta s'est installée. Tout ce qui touche au sexe, à la santé à l'argent à été banni de la sphère politique. En 40 ans, cet article est devenu une sorte de surmoi agissant sur les journalistes français. Or, cet article n'existe nulle part ailleurs en Europe. La Cour européenne des droits de l'homme l'a réduit à néant. Tous les juges rejettent les plaintes à partir du moment où une information relève de l'intérêt général. Lorsque Marie Drücker et François Baroin ont porté plainte contre les journaux qui avaient révélé leur liaison, le juge a rejeté la plainte. S'ils avaient pu le faire, Anne Sinclair et DSK auraient également porté plainte contre moi en 2007. Ils savaient qu'ils ne pouvaient rien. Pire: qu'ils couraient le risque que des affaires éclatent au grand jour...

Il ne devrait plus y avoir, selon vous, de garde-fous entre vie privée et vie publique?

Je pense effectivement qu'il faut rompre cette omerta. La vie privée des hommes politiques n'est pas forcément leur intimité. Il y a forcément interférence entre vie privée et publique. Il n'y a que dans les régimes autoritaires que le pouvoir est opaque et la société transparente. Nicolas Sarkozy a reconnu il y a quelques jours seulement qu'au moment de son élection, il allait très mal essentiellement en raison de ses problèmes de couple avec Cécilia. On connaît la suite: le Fouquet, le yacht de milliardaire...Cette affaire privée a eu un impact considérable sur son quinquennat. Publier ces faits était d'intérêt général.

Des frontières existent cependant. Beaucoup de journalistes françaises ont dû mettre fin à leur carrière en raison de leur liaison avec un homme politique...

Pour une relation connue, combien reste dans l'ombre! Lorsque j'entends Audrey Pulvar interviewer Jean-François Coppé chez Ruquier, j'entends Arnaud de Montebourg infliger ses questions. Sur ce terrain là, il y a véritablement de quoi être choqué. Les relation amicales ou amoureuses entre politiques et médias sont ravageuses. Lorsqu'on est journaliste politique, il y a des ponts à ne pas franchir ou à couper. On ne part plus en vacances ensemble, on ne s'affiche pas aux fêtes ou aux anniversaires, car on ne peut en aucun cas séparer l'affect et l'exercice du métier. Le mariage entre Christine Ockrent et Bernard Kouchner a sonné le glas. Ce cas de figure nous ramène carrément à la Corée du Nord.

Lorsqu' a éclaté en mai 2011 le scandale DSK a New York que vous êtes vous dit?

Je ne suis pas fondamentalement tombé des nues. Rétrospectivement, on peut se dire que ce qui est arrivé est une aubaine pour la France. Si DSK n'était pas tombé à New York, il se serait porté candidat à la présidentielle. L'affaire du Carlton aurait sans doute explosé après les primaires. C'est une affaire d'Etat tellement importante que la droite ne se serait pas privée de la faire éclater. En bout de course, les socialistes se seraient retrouvés sans candidat à cette présidentielle. Qu'on ne vienne pas me dire qu'il s'agit uniquement de vie privée et que cela ne concerne aucunement la vie politique française.

Que pensez-vous du retour au journalisme d'Anne Sinclair?

Anne Sinclair ne peut plus être journaliste. Elle est trop impliquée. Et lorsque vous assimilez l'affaire DSK à l'affaire Dreyfuss, vous êtes tout simplement discréditée ou comme le rédacteur en chef de l’Écho des MONTAGNES, condamné sans jugement
 
Depuis l'affaire du Sofitel, la presse se déchaîne sur DSK. Il y a le scandale du Carlton, d'autres révélations. Pas un jour ne se passe sans qu'il ne défraie la chronique. N'y a-t-il pas une ligne là aussi à ne pas franchir?

DSK est devenu un sujet de fait-divers. Il n'a plus le pouvoir, il redevient simple citoyen, et donc on peut se déchaîner à l'envi. Le traitement que lui réserve aujourd'hui les médias me donne la nausée. Mais que voulez-vous, on guillotine les rois. C'est une tradition française. Et le comportement de la presse révèle quelque chose de tenace dans ce pays.

   CHANTAL SAVIOZ
NOTES: "Sexe, mensonges et médias" aux Editions Plon

mardi 27 mars 2012

RUSSIE, VLADIMIR POUTINE, MOSCOU, UKRAINE, FEMEN, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

FEMEN Protest Putin Election

[Image] Police officers detain one of the activists of Ukrainian group Femen trying to protest at a polling station in Moscow, March 4, 2012, shortly after Russia's Prime Minister and presidential candidate Vladimir Putin cast his ballot. The sign on the girl reads: 'I steal for Putin!' The slogan refers to the term 'party of crooks and thieves' to describe Vladimir Putin's United Russia party. Russians voted today in presidential polls expected to return Putin to the Kremlin for a record third term, despite a wave of protests against his 12 years of domination. Getty
[Image] Police officers detain activists of Ukrainian group Femen trying to protest at a polling station in Moscow, March 4, 2012, shortly after Russia's Prime Minister and presidential candidate Vladimir Putin cast his ballot. The sign on the front girl reads: 'I steal for Putin!' The slogan reffers to the term 'party of crooks and thieves' to describe Vladimir Putin's United Russia party. Russians voted today in presidential polls expected to return Putin to the Kremlin for a record third term, despite a wave of protests against his 12 years of domination. Getty
[Image] Polling station officials clash with topless members of Ukrainian feminist group FEMEN members at a polling station in Moscow on Sunday, March 4, 2012. Written on the bodies of the radically anti-Putin protesters is the slogan "I steal for Putin", referring to their symbolic act of trying to steal votes. Polling stations have opened across Russia's vast expanse for the presidential election widely expected to return Vladimir Putin to the Kremlin. (Misha Japaridze)
[Image] Police officers detain activists of Ukrainian group Femen trying to protest at a polling station in Moscow, March 4, 2012, shortly after Russia's Prime Minister and presidential candidate Vladimir Putin cast his ballot. The sign on the front girl reads: 'I steal for Putin!' The slogan reffers to the term 'party of crooks and thieves' to describe Vladimir Putin's United Russia party. Russians voted today in presidential polls expected to return Putin to the Kremlin for a record third term, despite a wave of protests against his 12 years of domination. Getty
[Image] Police officers detain activists of Ukrainian group Femen trying to protest at a polling station in Moscow, March 4, 2012, shortly after Russia's Prime Minister and presidential candidate Vladimir Putin cast his ballot. Russians voted today in presidential polls expected to return Putin to the Kremlin for a record third term, despite a wave of protests against his 12 years of domination. Getty
[Image] Police officers detain activists of Ukrainian group Femen trying to protest at a polling station in Moscow, March 4, 2012, shortly after Russia's Prime Minister and presidential candidate Vladimir Putin cast his ballot. The sign on the front girl reads: 'I steal for Putin!' The slogan reffers to the term 'party of crooks and thieves' to describe Vladimir Putin's United Russia party. Russians voted today in presidential polls expected to return Putin to the Kremlin for a record third term, despite a wave of protests against his 12 years of domination. Getty
[Image] Police officers detain activists of Ukrainian group Femen trying to protest at a polling station in Moscow, March 4, 2012, shortly after Russia's Prime Minister and presidential candidate Vladimir Putin cast his ballot. Russians voted today in presidential polls expected to return Putin to the Kremlin for a record third term, despite a wave of protests against his 12 years of domination. Getty
[Image] Police officers detain one of the activists of Ukrainian group Femen trying to protest at a polling station in Moscow, March 4, 2012, shortly after Russia's Prime Minister and presidential candidate Vladimir Putin cast his ballot. The sign on the girl reads: 'I steal for Putin!' The slogan refers to the term 'party of crooks and thieves' to describe Vladimir Putin's United Russia party. Russians voted today in presidential polls expected to return Putin to the Kremlin for a record third term, despite a wave of protests against his 12 years of domination.
[Image] Police officers detain one of the activists of Ukrainian group Femen trying to protest at a polling station in Moscow, March 4, 2012, shortly after Russia's Prime Minister and presidential candidate Vladimir Putin cast his ballot. The sign on the girl reads: 'I steal for Putin!' The slogan refers to the term 'party of crooks and thieves' to describe Vladimir Putin's United Russia party. Russians voted today in presidential polls expected to return Putin to the Kremlin for a record third term, despite a wave of protests against his 12 years of domination. Getty
[Image] Police officers detain one of the activists of Ukrainian group Femen trying to protest at a polling station in Moscow, March 4, 2012, shortly after Russia's Prime Minister and presidential candidate Vladimir Putin cast his ballot. The sign on the girl reads: 'I steal for Putin!' The slogan refers to the term 'party of crooks and thieves' to describe Vladimir Putin's United Russia party. Russians voted today in presidential polls expected to return Putin to the Kremlin for a record third term, despite a wave of protests against his 12 years of domination. Getty
Fashion Week Milan Protest
[Image] Members of the radical feminist group Femen protest at the entrance of the Versace Fall-winter 2012-2013 show on February 24, 2012 during the Women's fashion week in Milan. Getty
[Image] Members of the radical feminist group Femen are blocked by police as they protest at the entrance of the Versace Fall-winter 2012-2013 show on February 24, 2012 during the Women's fashion week in Milan. Getty