Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

Bouquetin à Champagny le Haut en SAVOIE LIBRE

jeudi 28 janvier 2016

PALESTINE, LA NAKBA, SIONISME, ISRAËL, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER


                                              

L’exode forcé des Palestiniens (la Nakba) et le vol de leurs terres par les sionistes





LA NAKBA (1948) TÉMOIGNAGE DE AMNON NEUMANN, ANCIEN SOLDAT DU PALMACH



L’exode forcé des Palestiniens (la Nakba) et le vol de leurs terres par les sionistes.




Le Palmah, Palmach ou encore Palmak, est le nom d'une des forces paramilitaires juives sionistes de Palestine mandataire.


Elle mena ses activités sur une période s’étendant de la Seconde Guerre mondiale jusqu'à l'indépendance  d'Israël.



REPORTAGES VIDÉO:

Cliquez sur:  https://youtu.be/JIDPesq9ysc

ET sur

 



mercredi 27 janvier 2016

SAVOIE, FRANCE, LA BASTILLE, 14 JUILLET, DUC D'ORLEANS, FRANC-MACON, GRAND ORIENT, PALAIS ROYAL, SAVOIE INDEPENDANTE


                      
            

Judaïsme bancaire, oligarchies et réseaux occultes : les origines véritables de la révolution dite “française”.

 

 La Savoie, pays souverain n'était pas concernée par cette révolu-sion, mais aujourd'hui OUI, avec l'état d'urgence qui en urgence veut interdire à la Savoie de retrouver sa Souveraineté, confisquée militairement par les jérusalistes révolutionnaires français.

 

Notre journal entreprend de publier une série de travaux, occasionnellement annotés, sur les origines véritables de la Révolution Française, revanche de la Fronde, des sectes gnostiques anti-catholiques et du judaïsme bancaire contre le puissant royaume de France, rempart du monde catholique jusqu’en 1789. Il permettra au public breton, historiquement engagé contre le jacobinisme et ses ligues depuis l’origine, de comprendre et identifier les sources infâmes d’où émanent depuis plus de trois siècles les menées qui visent la très catholique nation bretonne.

Après cette lecture, nos lecteurs pourront méditer sur ce qui est fêté réellement par les initiés le 14 juillet, bien loin de l’événement décrit dans les ouvrages scolaires ou historiques réservés au peuple.

Une vaste conspiration

La dite “révolte du peuple” en ce 14 juillet 1789 n’a rien d’une génération spontanée. Tout a été calculé, prémédité, réfléchi et mis en oeuvre avec une minutie diabolique.
Bernard Fäy a consacré sa thèse de Sorbonne à “l’Esprit révolutionnaire en France et aux Etats-Unis à la fin du XVIIIe siècle“.


Dans son ouvrage, La Grande révolution 1715-1815, (Le Livre contemporain, Paris 1959), ouvrage remarquable par la densité des sources fournies (chapitre final “Sources et preuves”), Bernard Faÿ met bien en valeur le fait que la révolution égalitaire n’a pas été une volonté première ni des “philosophes”, ni des francs-maçons, ni même des parlementaires, mais un instrument devant servir (une fois arrivé au pouvoir), à fonder le nouveau régime sur le mythe maçonnique de la Liberté et de l’Egalité. Et ce alors même que depuis 1750, les “philosophes”, les francs-maçons et les parlementaires s’étaient opposés fanatiquement à toute réforme fiscale allant dans le sens de l’égalité de tous les Français devant l’impôt.

En effet, depuis Louis XIV et son “dixième” en 1710, tout au long du XVIIIe siècle, Louis XV et Louis XVI avaient cherché à établir l’égalité devant l’impôt (“vingtième” en 1750 et “subvention territoriale” en 1786) mais étaient tombés sur une obstruction acharnée des parlementaires. C’est la Haute-noblesse et le Haut-Clergé, comme les philosophes et les francs-maçons des “clubs philosophiques”, qui firent obstacle à cette réforme de l’égalité fiscale.

Cette réforme qui eut sauvé la monarchie ne devait pas passer… C’est pourquoi le Parlement de Paris travaillé par les idées soi-disant “philosophiques” fit obstruction à ce projet d’une plus grande égalité fiscale pour ne reprendre et ne s’approprier l’idée qu’en … 1789. Comme par hasard. Cela en dit long sur le pouvoir réel du roi “tout-puissant” et “absolu”, qui face à la fronde parlementaire ne parvint pas à enregistrer sa réforme (“Vingtième” de Machault d’Arnouville en 1750-51,  “Subvention territoriale” de Calonne en 1786).

 L’ouvrage de Bernard Faÿ contient quelques informations sur les financeurs de la “Révolution” dite “française”, surtout pour les évènements du 14 juillet et ceux du 5 et 6 octobre octobre 1789.

Deux enquêtes… écrit Bernard Faÿ, m’ont permis de trouver, des documents maçonniques contemporains de la Révolution, qui confirment, de façon claire et formelle, le rôle de premier plan joué par Orléans et par le Grand Orient dans les débuts de la Révolution, en particulier au 13-14 Juillet et au 5-6 octobre. Les archives de l’Académie polonaise des Sciences et des Arts à Cracovie, possédaient jusqu’en 1939, et peut-être encore aujourd’hui, les papiers du chanoine Albertrandi, avec les lettres de son ami Joseph de Maisonneuve, Rose-Croix et haut dignitaire de la Maçonnerie polonaise. Or celui-ci conte en détail les mésaventures de son confrère, le bailli de Loras, que d’imprudentes manigances de Cagliostro firent arrêter. Cela amena la confiscation de ses papiers, lesquels contenaient des communications du Grand Orient de France, prouvant le rôle initiateur et directeur joué par cet organisme la première année de la Constituante. Ces informations me furent confirmées par les papiers et la correspondance de Mazzéi, autre haut dignitaire de la Maçonnerie (anglaise), et envoyé de Stanislas Poniatowski à Paris de 1788 à 1792. Sa correspondance, dont le manuscrit se trouve à la bibliothèque de Florence, et dont M. Ciampini a publié, de façon fort savante, un volumen, qui ne représente pas la moitié de l’ensemble, cette correspondance montre Mazzéi, un intime de La Fayette, des La Rochefoucauld, de Condorcet, et de tout le clan des nobles révolutionnaires, qui le tiennent au courant de leurs actes, de leurs intentions et des manigances du duc d’Orléans” (B. Faÿ, ibid., p. 471).

Le Palais Royal, foyer de pestilence

C’est au Palais-Royal, actuel siège du Conseil d’Etat et du Conseil Constitutionnel, que sous l’Ancien Régime la branche royale d’Orléans hostile à la couronne et à l’Eglise, rassemblait la fine fleur de l’anti-absolutisme et de l’anti-catholicisme. Sous Louis XV Louis d’Orléans faisait commerce avec le jansénisme – sorte de retour occulte du protestantisme aux accents gallicans – et la branche ne mettra guère de temps à encourager les mouvements d’idées libéraux venus d’Angleterre pour en prendre la tête, dans l’espoir de fonder une nouvelle dynastie royale intégrant le principe parlementaire et constitutionnel. Ce qui se fera en 1830 avec la Monarchie de Juillet, en la personne de Louis-Philippe d’Orléans.

conseil-d-etat-republique

Le Palais Royal, foyer pré-révolutionnaire et bordel très apprécié pour son commerce pédophile

La fille de Madame de Montespan, une des favorites de Louis XIV convaincue de pratiques sataniques dans “l’affaire des poisons” lui valant répudiation, vivait dans ce même palais au XVIIIème siècle et se faisait appeler “Madame Lucifer”. Montespan s’était livrée à des messes noires avec meurtres d’enfants, sous les auspices de prêtres apostats,  dans le but de faire des bâtards nés de ses amours avec le roi ses successeurs légitimes. Il est à noter que son voeu s’exauça pour ainsi dire, sa fille Françoise-Marie de Bourbon épousant Philippe d’Orléans, qui devint régent à la mort de Louis XIV en 1715. Grâce à cette union, la descendance de Montespan fusionna donc avec la branche d’Orléans et son arrière-arrière petit-fils, Louis-Philippe, deviendra roi en 1830. Précision édifiante : il naquit au Palais Royal.

Le Palais Royal fut complètement remanié par Philippe d’Orléans, le futur révolutionnaire, de façon à pouvoir accueillir des cafés et autres lieux de sociabilité dont le propriétaire escomptait retirer, en sus des indispensables connexions politiques et diplomatiques, un beau bénéfice. Ce qui lui valut le commentaire acerbe de Louis XVI : “Alors mon cousin, vous ouvrez boutique ? On ne vous verra plus que le dimanche !”.

Le commentateur de l’époque, Restif de la Bretonne, dans ses “Nuits de Paris” en date de 1794, tome 8, partie 16, évoque la prostitution à grande échelle, dont celle d’enfants, dans les enceintes du Palais Royal et qui en font un des lieux les plus courus par les “libertins” de l’époque :

Cet infernal trafic existait dès avant le nouveau Palais Royal ; il était la partie la plus abondante des revenus de l’exemplt inspecteur des filles, et peut-être rapportait-il au lieutenant de police. Il était trop odieux, pour être jamais dénoncé, ébruité, puni. Mais Mairobert, le censeur, le même qui s’est tué en 1779 aux bains de Poitevin, le connaissait, et qu’il est le premier qui m’ait fait soupçonner son existence…

Jamais je n’avais songé à le connaître par moi-même. Ce soir-là, ayant aperçu deux enfants, garçon et fille, conduits par une grande femme d’une assez belle figure, je les abordai. La femme me demanda si je voulais monter. J’y consentis. Arrivé à l’entresol sous arcadien, elle me demanda lequel des enfants je voulais…

Et avant ma réponse, elle me détailla leurs lubriques talents. Tandis qu’elle parlait, ces malheureux enfants se faisaient devant moi, en feignant de jouer ensemble, des attouchements obscènes. J’étais révolté ; mais je conçus combien la marche que suivait l’infâme corruptrice devait exciter les libertins : car les enfants montraient successivement toutes les parties de leurs corps nues. Il y avait cependant une chose repoussante ; c’est qu’on voyait qu’ils ne jouaient pas ; ils avaient l’air ennuyés, fatigués, peinés. Quant la femme eut fini le détail de la carte, elle renouvela la question. Je lui répondis que j’en avais assez vu, que j’allais la payer. Que néanmoins je la priais de me donner quelques détails sur son état, et qu’elle n’en serait pas fâchée…

Quelquefois, on parcourt ou l’on fait parcourir les provinces, pour en avoir de superbes. Alors on gagne la nourrice, qui vend l’enfant, qu’on fait voir malade au curé ; elle part et l’on ensevelit les haillons dont le curé envoie l’extrait mortuaire…

On fait ici quelquefois ce petit commerce avec les servantes et les gouvernantes d’enfants ; mais cela est rare, à cause du risque. L’enfant tombe malade, parait languir quelques jours, puis mourir. On ensevelit des chiffons’.

‘Mais quel usage fait-on de ces enfants ?’. Alors la malheureuse me détailla les horreurs dont j’ai donné l’aperçu. ‘Nous sommes heureuses ajouta-t-elle, quand, dans les efforts, on ne nous rompt, on ne nous estropie pas un joli enfant: ce n’est que demi mal, quand un libertin ne fait que leur donner la vérole. Nous avons des gens pour les traiter. Quand un enfant est trop délicat, nous ne faisons que le blanchir, pour le faire durer six mois, un an, pendant lesquels nous le mettons à toute sauce.

Je ne voulais pas, ou je ne pus en entendre davantage : je me trouvais mal et j’allais tomber.

Philippe d’Orléans était un des architectes et des représentants de la dépravation organisée de l’époque qui vit naître le marquis de Sade, laquelle se voulait tout à la fois provocation vis-à-vis de l’ordre établi, et l’assortiment obligé des pratiques occultes antichrétiennes, comme du militantisme “philosophique” de la subversion en cours. Subversion qui se coagulait dans les salons du Paris décadent d’Ancien Régime et singulièrement dans les allées du Palais Royal. Hébert, créateur du Père Duchesne, le journal le plus radical du jacobinisme révolutionnaire, gratifie le duc du sobriquet évocateur de “Capet-Bordel”.

Philippe d’Orléans, avant la révolution, avait fait du lieu un des principaux foyers de l’agitation du mouvement “des Lumières”, c’est-à-dire de tout ce que comptaient la France et l’Europe de sectateurs athées ou gnostiques, ennemis déclarés de la foi, comme des intellectuels pré-révolutionnaires, voisinant ou se confondant avec les premiers. Ayant juré de perdre la monarchie absolue de droit divin, Orléans sera très tôt impliqué en maçonnerie. Il fut à cet égard un des fondateurs du Grand Orient comme son Grand-Maître, une des poches de pus dont s’écoula de l’agitation révolutionnaire en 1789.

La maçonnerie au XVIIIème siècle en France

La maçonnerie est alors une synthèse organisationnelle grossière réalisée par des sectes gnostiques plus anciennes, en 1717 à Londres. De là, elle fond en son sein des groupes semblables qui existaient déjà dans toute l’Europe, ou en créer de nouveaux. Elle apparaît officiellement en France en 1724.

A une époque où les partis politiques n’existent pas, par définition, et où l’Eglise comme l’Etat veillent encore à l’ordre des choses, la maçonnerie est une organisation élitiste, essentiellement oligarchique, se voulant une préfiguration républicaine et égalitaire au sens où l’entendent ses maîtres, c’est-à-dire dont ces acquis sont à ses seuls membres réservées. Creuset de multiples influences occultes puis philosophiques, elles agissent sous le sceau du secret bien qu’au milieu du XVIIIème siècle, on puisse encore difficilement la tenir pour telle, compte tenu du degré d’implantation qui est le sien dans l’état, l’armée, la cour et le clergé. A la façon des partis communistes plus tard, elle créé d’innombrables cellules, quoique jusque dans les années 1770 dans une certaine anarchie, qu’elle hiérarchise et cloisonne, surtout sous l’impulsion décisive du Grand Orient.

Cultivant la discussion et la rhétorique, comme la communication pyramidale, elle devient un état dans l’état, assemblant en son son sein l’élite, subvertie, de la société de l’époque. Cela s’avérera décisif dans l’infiltration des assemblées populaires, de la création d’une presse efficace dans la diffusion des idées révolutionnaires, de la création de troubles. Une véritable république en voie d’édification logée dans la monarchie, telle est la maçonnerie. Et contre celle-ci, dès les années 1770, la monarchie ne peut virtuellement plus réagir. Le parlement de Paris refusera d’enregistrer la condamnation papale de la maçonnerie de 1738, signe de ce que déjà celui-ci est cornaqué.

Si elle est de qualité inégale dans son recrutement et si les assemblées des trois premiers grades sont loin d’offrir un réel secret à ses membres, lesquels se limitent le plus souvent à des beuveries dans des estaminets sur fond de discours orduriers contre l’Eglise ou la haute-noblesse, à tout le moins offre-t-elle dans ses hauts degrés l’espace sûr où se nouent les relations décisives au sein d’une aristocratie désireuse d’abattre les deux liens qui limitent ses ambitions : la monarchie et l’Eglise Catholique. S’y associent tous ceux qui entendent se venger de ces deux puissances de défaites passées : banque juive et protestante, sectes gnostiques, intellectuels athées, puissances étrangères et anticatholiques.

En son sein, elle s’associe les sympathies de la bourgeoisie de talent, impatiente de faire sauter les barrières sociales qui empêche cette aristocratie de l’argent en germe de mettre un pied dans l’ordre politique comme c’est déjà le cas en Angleterre. Mais la maçonnerie est aussi le lieu privilégié de l’espionnage et de la subversion par les puissances étrangères protestantes, anglaise, prussienne ou hollandaise, lesquelles sont liées au judaïsme bancaire de Londres, Amsterdam et Berlin. Terreau de subversion idéologique mais aussi spirituelle, quoique non monolithique, la maçonnerie en France au XVIIIème siècle est le parti politique de l’oligarchie et de l’étranger, unifié par le crédo minimal de l’anticatholicisme, de l’anti-monarchisme et de la rapine.
 Crédo qui visera, non sans lutte interne, à instaurer une ère nouvelle que l’on pourrait qualifier de mise au pas de la France catholique et royale par le judaïsme bancaire et l’oligarchie de l’époque.

Orléans, architecte de la destruction de l’Eglise et de la monarchie

Mais revenons à Orléans. Parmi les figures qu’il attire à lui à la veille de la révolution, Camille Desmoulins, franc-maçon du Grand Orient et membre de la loge “Les Grands Maîtres” d’Amiens, aux côtés du ministre des Finances de Louis XVI, Charles-Alexandre de Calonne, dès 1776. C’est du Palais-Royal que Desmoulins lance l’appel à l’insurrection, le 12 juillet 1789, devant la bourgeoisie révolutionnaire qui fréquente les cafés et bordels du lieu. Le propriétaire de l’endroit, Philippe d’Orléans, demeurait naturellement dans l’ombre et, sans surprise, la foule des factieux assemblée le 14 juillet brandissait le buste du prince dans les rues de Paris.

philippe_egalite

Le Duc d’Orléans, premier Grand-Maître du Grand Orient

Le mythe d’une “insurrection populaire” au matin du 14 juillet est une fiction savamment entretenue par les propagandistes républicains. Il ne s’agissait que de la phase opératoire d’une coup d’état en bonne et due forme, faisant suite à une très longue et patiente oeuvre de démoralisation et de subversion de tous les cadres de la monarchie. Si bien que le 11 juillet, le Duc d’Orléans et les partisans du coup d’état, tous unis par l’aspiration révolutionnaire charriée par les loges et l’encyclopédie, suivant un plan concerté tant en France qu’à l’étranger, active l’insurrection, servie par des factieux rétribués ou fanatisés. A aucun moment les forces armées ne réagiront, et pour cause : leurs officiers, membres de loges militaires et acquis aux principes révolutionnaires, gardent l’arme au pied. Quelle gloire accorder à ce qui ne fut qu’une auto-dissolution dont le roi et ses proches furent les témoins impuissants, l’Etat étant circonvenu depuis des décennies ?

Le parti “constitutionnel” issu de l’aristocratie, soucieux de lier le roi, s’attache alors les services de nombreux jeunes bourgeois et nobles de robe, frustrés de ne pouvoir progresser dans l’ordre social d’Ancien Régime. Sans surprise, Desmoulins est aussi protégé par un révolutionnaire éminent : Mirabeau. Ce dernier est lié à Talleyrand, membre de la loge lilloise Les Amis Réunis fondée en 1776 et rejoignant le Grand Orient l’année suivante. C’est grâce à lui qu’il reçut sa première mission à Berlin pour le compte du Contrôleur Général des Finances du royaume, Calonne.

Le 14 juillet. A Paris, dans toute la France et dans toute l’Europe, l’on contait qu’Orléans avait été le principal initiateur, le bailleur de fonds de ces journées d’émeute et de barbarie. On le dénonçait jusqu’en Pologne, où l’imprudence du maçon d’origine juive Cagliostro ayant fait saisir les papiers maçonniques du bailli de Loras, on y avait trouvé une correspondance maçonnique “qui mettait en lumière le rôle joué par le Grand Orient de France et son Grand Maître, le duc d’Orléans, dans les troubles de Paris”. On y voyait la preuve que “les journées des 13 et 14 juillet, l’assaut de la Bastille, avaient été organisées par les Frères” (B. Faÿ, ibid., p.177.)

Orléans au coeur des réseaux bancaires et maçons

L'”Assemblée” allait bientôt “remplacer l’ancienne Noblesse par une aristocratie financière.” … En brisant les cadres anciens, on allait libérer les Français de l’aristocratie féodale pour les “livrer à la merci des classes riches et des oligarchies politiques, organisées sous forme de clubs dits ‘populaires‘” (ibid., p. 247, 323)

Dans son “Louis XVI ou la fin d’un monde” (1955, réed. La Table ronde, Paris 1981, p. 304), Bernard Faÿ mentionne le rôle joué par la Bourse à la veille de la Révolution : “bons ‘patriotes’, les financiers de la capitale ne cessaient en juin (1789) de la faire baisser” (la Bourse)… Pendant que “d’autres patriotes débauchaient les soldats” (B. Faÿ, Louis XVI ou la fin d’un monde, ibid., p. 305.)

Un autre auteur mentionne ce rôle joué par la finance dans le déclenchement de la révolution: “Le début de la Révolution française est caractérisé par le débauchage des troupes. Gardes françaises d’abord, puis régiments de ligne français, puis régiments étrangers. … Les financiers Laborde, Dufresnoy, d’autres, qui ont pris position à la hausse et pour qui Necker c’est la hausse, paient d’honnêtes contributions; on a de quoi acheter qui l’on veut.” (Pierre Dominique, Le Quatorze juillet, Lardanchet, Macon 1950., p. 62).

Alfred Fierro et Jean Tulard évoquent eux aussi le travail de sape et de corruption franc-maçonnique dans l’armée : “L’idéologie égalitaire de la franc-maçonnerie contribua largement à la désagrégation de la discipline dans l’armée, où les loges étaient particulièrement nombreuses” (Alfred Fierro, Jean Tulard, Dictionnaire de la Révolution in Jean Tulard, J.F. Fayard, A. Fierro, Histoire et Dictionnaire de la Révolution française 1789-1799, Bouquins Robert Laffont, Paris 2004, p.831).

Alfred Fierro et Jean Tulard épinglent donc l’égalitarisme (idéologie maçonnique), comme à l’origine de la “désagrégation de la discipline dans l’armée“. Pour une illustration de ce phénomène, se reporter au remarquable article rédigé par Tancrède Josseran “Et la Royale fut détruite!” in Le Livre noir de la Révolution française (Cerf, Paris 2008) :

“La Révolution est considérée outre-manche comme le meilleur moyen d’abattre définitivement les prétentions maritimes de la monarchie française” (p. 283.)… Désorganisée, découragée, désarticulée, en proie à la subversion, la Marine devait à partir de février 1793 faire face une nouvelle fois à la Royal Navy. … Au moment où la France entame la phase décisive de ce que l’on pourrait appeler la ‘seconde guerre de Cent Ans’, la Révolution a brisé le seul instrument qui aurait pu permettre de frapper au cœur l’âme des coalitions antifrançaises…” (p. 291)

“Ce que la France perd, l’Angleterre le gagne. Plus encore sur le plan commercial que sur tout autre plan, elle est la grande bénéficiaire de la Révolution et de ses suites. Elle est sans doute consciente, dès le début du grand bouleversement, de la chance qui s’offre à elle : comme elle a une revanche à prendre sur la monarchie française qui a aidé l’Amérique à se libérer, elle n’est pas fâchée de voir le roi contesté et diminué. … “Voici, dit Fox après la prise de la Bastille, l’évènement le plus important de l’histoire du monde et le plus heureux”. La “cavalerie de Saint-Georges” ne manque pas l’occasion de financer discrètement les révolutionnaires les plus corruptibles…” (René Sédillot, Le coût de la Révolution française, Vérités et Légendes, Perrin, Mesnil-sur-l’Estrée 1987, p. 220).

“Ainsi, dans tous les domaines du commerce, sur terre comme sur mer, la Révolution et l’Empire consacrent le triomphe britannique et l’éclipse de la France. (p. 222) Le commerce français ne retrouvera son niveau d’activité de 1789 qu’après 1825… Encore la part de la France dans le commerce mondial sera-t-elle alors loin de rejoindre le pourcentage atteint avant la révolution… Ce pourcentage-là ne sera jamais retrouvé. En chiffres absolus, trente-cinq années ont été perdues. En chiffres relatifs, à l’échelle du monde, le recul est sans appel.” (R. Sédillot, ibid., p. 222)

Pierre Dominique nomme l’évènement. Un coup d’Etat est chose sérieuse. La Cour va s’en apercevoir… Et d’ailleurs, l’adversaire sait tout. Montgaillard, historien royaliste, dit que les mémoires de Foulon furent lus devant Narbonne, qui avertit sa maîtresse, Mme de Staël, laquelle en informa Necker ou Mirabeau. Peu importe le canal par où se font les fuites; l’autre camp voit clair dans le jeu du Roi” (p. 75)

Orléans et sa conspiration déclenche l’insurrection

… Le moteur responsable, cherchons-le sous les couleurs d’Orléans. Nommons-le, car il a une figure humaine. Tendons la main dans l’ombre, nous y saisirons celle de Laclos qui n’est pas que le romancier des Liaisons dangereuses mais l’âme damnée du duc et l’un des plus profonds politiques du siècle finissant.” (p. 143) Le duc d’Orléans a pour lui sa fortune. C’est le plus riche seigneur du royaume. … En ce début de la Révolution, il paie à bureaux ouverts les journalistes, brochuriers, libellistes de tout Paris et de tout Versailles, les crieurs, parleurs, aboyeurs qui remplissent les cafés, les coupe-jarrets dont il a des dizaines à sa solde et qui se chargeront de recruter en payant à boire et, le moment venu, d’encadrer les braillards dans la rue.” (p. 29-30).

… Son chef d’état-major et le chef véritable d’un mouvement dont on observe les effets sans pouvoir toujours en découvrir la source, … Choderlos de Laclos… ‘un homme noir’, note Michelet. ‘Le profond Laclos’, dit-il encore. … Franc-maçon, membre de trois clubs, quand il n’est pas au Palais royal, on le trouve à Montrouge chez le duc de Biron. … Il faut voir en lui l’agitateur, le tacticien des mouvements de rue, celui qui tient la main du prince et la fait mouvoir, et, comme dit le comte de la Marck, ‘l’âme du parti d’Orléans’. (p. 31)

laclos

Laclos, auteur des Liaisons Dangereuses. Agent du Duc d’Orléans, il est en relation avec la banque juive, la maçonnerie européenne et les puissances étrangères.

… L’un des bons instruments du duc d’Orléans et de son chef d’Etat-major, le meilleur peut-être, est la franc-maçonnerie dont le duc est, depuis 1772, le grand-maître. (p. 33). Les frères se tiennent, marchent en ordre, murmurent leurs mots de passe, suivent aveuglément leurs chefs. Le pouvoir ne peut rien contre cette organisation souterraine. Le peut d’autant moins qu’elle pénètre la Cour, qu’elle est maîtresse à Versailles comme à Paris. … Bien entendu les maçons ont joué un grand rôle dans la confection des ‘Cahiers‘ et beaucoup d’entre eux ont été élus aux Etats. Les trois quarts des députés du Tiers, au total près de la moitié des députés sont maçons [une extrême minorité sur-représentée, de gens échangeant entre eux le serment d’entre-aide et de secret maçonnique, “un hasard”…]. (p. 34)
Pierre Gaxotte nous donne quelques indications permettant d’expliquer ce “hasard”.

“Le parti ‘libéral’ avait déjà ses comités locaux : loges, académies, chambres de lecture, sociétés philosophiques et patriotiques tenues en haleine depuis le début de 1788, exercées au maniement de l’opinion et à l’agitation des places publiques par un an de cris et de discours et de manifestations. 

Merveilleux instruments de propagande et de combat, toutes ces organisations étaient déjà  reliées par une correspondance incessante, un échange régulier de nouvelles et de brochures. Il suffisait de peu de chose pour les fédérer complètement et emprisonner la France électorale dans les mailles de leur réseau” (Pierre Gaxotte, ”La Révolution française”, Nouvelle édition établie par Jean Tulard, Éditions Complexe, Bruxelles 1988, p. 99-100).


“Les cahiers de campagne ne sont presque jamais des cahiers de paysans. Presque partout ils ont été proposés, rédigés ou copiés par des hommes de loi. Ils reproduisirent les modèles non seulement dans leur esprit, mais dans leur style – qui les trahit.” (ibid., p. 103).
“Le coup d’Etat date du 11” (P. Dominique, ibid., p. 113). Quelques éléments éclairants fournis par Pierre Gaxotte :

“Le 12, à midi, Paris n’est plus qu’une immense confusion. Dans un remous de hurlements, de tocsins et de fausses nouvelles, tourbillonne une foule affolée. … Là on pille, on assassine, on s’enivre. Les dragons du prince de Lambesc, rangés sur la place Louis XV, à l’entrée des Tuileries, sont bombardés de briques, de pierres, de tessons de bouteilles. Le prince dégage sa troupe en quelques galops et, conformément aux instructions, rompt le contact pour se retirer sur la rive gauche” (P. Gaxotte, ibid., p. 111).


La nuit du 12 au 13 et la journée du 13 sont sinistres. On dirait que l’on assiste à la décomposition totale de la société. Les bourgeois se barricadent dans leurs maisons. La rue est livrée à la plus vile populace et à la plus effrayante. … [L]es brigands qui viennent de mettre à sac l’hôtel de la police, s’arment aussi et plus vite. . … Les bandes se portent partout où il y a des fusils et des piques. Le matin du 14, elles se jettent sur les Invalides, sans que Bésenval qui a trois régiments suisses et huit cents cavaliers à l’Ecole militaire fasse le moindre mouvement (!)… Une heure après, elles refluent sur la Bastille… Le gouverneur, M. de Launay, avec sa petite garnison de Suisses… aurait pu sans peine se défendre, mais sa philosophie y répugnait. 

Il parlemente, retire les canons… et invite à sa table deux délégués des assiégeants… Finalement, deux hommes armés de haches, le charron Tournay et l’épicier Pannetier en grimpant sur le toit d’une échoppe parviennent à briser les chaînes d’un pont-levis qui s’abat avec fracas. La garnison instinctivement riposte, puis ne se sentant pas commandée, elle contraint Launay à capituler contre la promesse qu’il ne serait fait de mal à personne… En dépit de quoi Launay est massacré, et son corps traîné au ruisseau, … Le prévot des marchands Flesselles est massacré, dépecé… Leurs têtes mises au bout d’une pique promenées jusqu’à la nuit.” (p. 111).
Le 14. “La foule se jette sur la forteresse. Qui l’y pousse? Elle y court semble-t-il de son propre mouvement, comme elle a couru aux Invalides et à l’Arsenal.”
Là-dessous, trois réalités: la personnalité et les ambitions du duc, le flot d’or qui coule de ses caisses, la propagande qu’il paie. Les contemporains ne s’y sont pas mépris. “Le duc d’Orléans, dira Mme Roland, avait sa part dans toutes les agitations populaires”. Et Malouet : “Le 14 juillet, les agents du duc d’Orléans furent les plus remarqués par la foule”. Malouet va plus loin et lui, à qui Montmorin communiquait tous les rapports de police, parlant de l’affaire Réveillon, de l’incendie des barrières à Paris et de celui des châteaux en province, déclare que ce sont là des opérations payées et payées par le duc. “Il y concourait, dit-il, pour son compte, et les Jacobins pour le leur.”

bastille

Le peuple ne prit jamais la Bastille. Les agitateurs payés par le Duc d’Orléans, l’homme des oligarques d’Europe, en revanche le firent.

Ainsi le duc a monté l’affaire Réveillon, l’incendie des barrières et celui des châteaux, et l’on voudrait qu’il n’ait pas monté et payé le soulèvement du 12 et du 13 et les deux grandes opérations du 14 aux Invalides et à la Bastille !

 … Le marquis de la Salle, membre du Comité de permanence, et, un instant, chef de la milice bourgeoise, devait avouer qu’un plan d’attaque de la Bastille lui avait été présenté le 13 juillet (signe que l’idée avait déjà été mise en circulation…) (p. 140-141).

 René Sédillot résume le tout : “Le 14 juillet 1789, en trois quarts d’heure, la Bastille est prise par une bande d’émeutiers,… commandités par Philippe d’Orléans, grand maître des Loges du Grand Orient… ils sont partis du Palais Royal, où réside le duc. Ils ont pris des armes aux Invalides. Ils massacrent le gouverneur et la garnison qui ne résistaient pas…” (René Sédillot, Le coût de la Révolution française, Vérités et Légendes, Perrin, Mesnil-sur-l’Estrée 1987, p. 78).

Parmi les sources : voir ICI
    Entendez,  cliquez sur: vidéo faite par l'ancien parachutiste du 1er REP, votre serviteur.
  http://www.wat.tv/video/crepuscule-dieux-parachutistes-51e65_37k1b_.html
 
Frédéric BERGER von Goëtz von Berlischingen, chef de SAVOIE INDÉPENDANTE
 

 

mardi 26 janvier 2016

FRANCE, ALGERIE,JOSE CASTANO, POPODORAN, MEDECIN, AGRICULTEUR, NOTRE DAME DES LANDES, CHARLIE HEBDO, BATACLAN, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

                            LETTRE A MA  FRANCE

Ce soir, je t’écris à toi ma petite France,
la douce, la tendre, celle de mon enfance,
où régnaient la candeur et un soupçon d’insouciance :
Où es-tu donc passée ?

Je pleure, j’ai mal, mon pays
s’en est donc allé...
pour laisser place à une nouvelle contrée qui
m’est totalement inconnue.

Je suis chez moi mais je me sens
comme une étrangère !
Qui es-tu devenue, ma France ?

C’est donc ça que tu m’offres aujourd’hui :
La peur et la méfiance dans laquelle
nos vies n’ont pas de valeur ?

C’est donc ça ma nouvelle vie à tes côtés,
se balader par une douce après-midi ensoleillée
et revenir volée, pillée de tous ses biens?

Se réveiller un matin
en découvrant l’immondice de la terreur 
qui a envahi toutes nos rues,
nos salles de concert, nos bars...

Je pleure, non pas tant pour les vols, les meurtres
et la terreur venue d’ailleurs ;
je pleure car je ne te reconnais plus.

Comment peut-on à ce point
bafouer nos vies, nos biens, nos valeurs?
Quel est donc ce monde
où l’argent devient Roi,
la terreur devient Reine
et la peur notre utopique alliée ?

Je dis simplement NON,
NON et NON !

« Va te faire voir nouvelle France ! »
Je te refuse !

Chez moi, dans ma France,
il y a de l’humanité
et la vie
n’est pas rythmée
par des diktats venus d’ailleurs.

La vie a un sens,
la vie le vaut bien
car nous l’avons choisie ensemble.

JE T’EMBRASSE MA FRANCE !

Kathlyn SCHREITER

Ce « Cri » lancé par cette jeune fille, interne en médecine, est aussi le ressenti d’une jeunesse déboussolée qui, inquiète, s’interroge sur son avenir...
Il a fallu le vandalisme de son véhicule et le vol de ses biens les plus précieux pour que Kathlyn exprime, avec émoi, son désarroi, sa tristesse, sa colère et son inquiétude.
            José CASTANO

-o-o-o-o-o-o-o-o-o-


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-

CHANSON sur le 13 novembre à Paris – Emotion assurée…


-o-o-o-o-o-o-o-o-o-


NOTES DE L'EDM:

Cliquez sur:

dimanche 24 janvier 2016

RUSSIE, CHINE, VLADIMIR POUTINE, XI JINPING, SYRIE, ERDOGAN, TURQUIE, JUIF, PEPE ESCOBAR, ECHO DES MONTAGNES, FREDERIC BERGER

L’Empire du Chaos se prépare à de nouveaux feux d’artifice en 2016

 

Les chiffres de Satan, Lucifer, du diable ,du Nouvel Ordre Mondial (rajouté par la rédaction de l'EDM)

L’Empire du Chaos se prépare à de nouveaux feux d’artifice en 2016

Par Pepe Escobar 

Dans son ouvrage fondamental La chute de Rome – Fin d’une Civilisation, Bryan Ward-Perkins écrit : « Les Romains avant la chute étaient eux aussi convaincus que nous le sommes, nous aujourd’hui, que le monde resterait, pour l’essentiel, tel qu’il était. Ils avaient tort. À nous de ne pas répéter leur erreur et de ne pas nous bercer d’une fallacieuse assurance. »
 

L’Empire du Chaos, aujourd’hui, n’est pas coupable d’une fallacieuse assurance. Ses moteurs sont l’arrogance et la peur. La question centrale depuis le début de la Guerre froide fut de savoir qui contrôlerait les grands réseaux commerciaux d’Eurasie, l’épicentre du monde (heartland) selon Sir Halford John Mackinder (1861–1947), le Père de la géopolitique.


On peut affirmer qu’en ce qui concerne l’Empire du Chaos, la partie a vraiment débuté avec le coup d’État soutenu par la CIA en 1953 contre le régime iranien, qui fut la première incursion des États-Unis dans les fameuses Routes de la Soie qui sillonnaient l’Eurasie depuis des siècles, et qu’ils décidèrent de conquérir.


À peine soixante ans plus tard, il apparaît clairement que la Route de la Soie du XXIe siècle ne sera pas américaine, mais bien chinoise, comme les précédentes.


La politique qu’entreprend Pékin de construire ce qu’il appelle Une Ceinture, une Route s’inscrit dans le conflit de ce XXIe siècle qui oppose l’Empire déclinant au processus d’intégration eurasienne. La constante expansion de l’Otan, ainsi que l’obsession qu’a l’Empire de provoquer un conflit armé en mer de Chine méridionale, sont des points de friction sous-jacents, mais pour autant essentiels à ce conflit.


Pour résumer l’analyse des acteurs du partenariat stratégique Pékin–Moscou, les élites oligarchiques, qui sont réellement aux manettes de l’Empire du Chaos, ont comme priorité l’encerclement de l’Eurasie, conscientes qu’elles sont de leur exclusion de ce processus d’intégration basé sur les échanges commerciaux et des liens de communication sophistiqués.


Pékin et Moscou démasquent chacune des provocations qui leur sont adressées, couplées à des tentatives continuelles de diabolisation dans les médias. Mais Moscou et Pékin ne se laisseront pas piéger, car ils jouent tous deux une partie d’échecs de longue haleine.


Le président russe Vladimir Poutine s’applique, de façon très diplomatique, à traiter l’Occident comme partenaire. Mais il est conscient, comme tous ceux qui savent en Chine, que l’Occident n’est pas réellement un partenaire. Certainement pas à la suite des 78 jours de bombardement de Belgrade en 1999, ni du bombardement délibéré de l’ambassade de Chine dans cette même ville. Pas pendant que l’expansion de l’Otan se poursuit. Pas après une nouvelle tentative de recréer la situation du Kosovo en soutenant un coup d’État illégal à Kiev. Pas après la manipulation à la baisse des prix du pétrole par les pays du Golfe, clients des États-Unis. Ni après les sanctions imposées à la Russie par les États-Unis et l’Union européenne. Pas plus qu’après que Wall Street eut provoqué la chute du rouble. Ni suite à l’effondrement des actions prioritaires (A-shares) chinoises, lancé par des acteurs mandatés par Wall Street. Pas après les multiples provocations militaires en mer de Chine méridionale. Ni, enfin, après la destruction du Soukhoi-24 russe en Syrie par un chasseur turc.

La paix ne tient qu’à un fil


Un retour en arrière sur les évènements qui ont mené à l’attaque sur le Soukhoi-24 russe est instructif à plusieurs égards. Obama a rencontré Poutine. Peu après, Poutine a rencontré Khamenei. Le sultan Erdogan avait de quoi s’inquiéter. En effet, une solide alliance russo-iranienne était en train de se dessiner à Téhéran. La destruction du Soukhoi-24 a eu lieu le lendemain.


Hollande a rencontré Obama. Puis Hollande a rencontré Poutine. Erdogan devait penser qu’il venait de créer le prétexte idéal pour faire entrer l’Otan en guerre, qui pouvait être déclarée en vertu de l’Article 5 de la Charte de l’alliance. Ce n’est pas un hasard si l’État en déliquescence qu’est l’Ukraine a été le seul pays à s’empresser de soutenir l’agression turque contre le chasseur russe. Sauf que l’Otan s’est rétractée, probablement terrifiée ; l’Empire n’était pas préparé à l’éventualité d’un conflit nucléaire.

Du moins pas encore. Napoléon avait compris que ce sont de micro-évènements qui façonnent l’Histoire.


Tant que cette Guerre froide 2.0 perdure, nous étions, et resterons, à un fil du conflit nucléaire.

Quelles que soient les évolutions du prétendu processus de paix en Syrie, la guerre par procuration que se livrent Washington et Moscou continuera, parce que c’est la grille de lecture que partagent tous les think tanks qui influencent la politique étrangère arrogante de l’Empire.


Sur tout l’échiquier politique de l‘Empire, depuis les néoconservateurs messianiques jusqu’aux néolibéraux conservateurs, la seule issue désirable à ce conflit est le dépeçage de la Syrie. Le système Erdogan engloutirait le Nord, Israël engloutirait le Plateau du Golan riche en hydrocarbures, et les agents de la Maison des Saoud engloutiraient les déserts orientaux.


Par son intervention militaire, la Russie a littéralement fait voler en éclats ce plan détaillé, parce que l’étape suivante à ce démembrement de l’État syrien aurait vu entrer en scène une coalition rassemblant Ankara, Riyad et Washington (qui auarit dirigé en coulisses), dont l’objectif aurait été d’ouvrir une autoroute du djihad en direction du nord vers le Caucase, l’Asie centrale et le Xinjiang chinois (on dénombre déjà au moins 300 Ouïghours chinois combattant sous la bannière Daesh). Comme toutes les tentatives de l’Empire de s’incruster dans le processus d’intégration eurasiatique ont échoué, quoi de mieux que d’essayer de saborder cette intégration en lui infusant le poison de l’islamisme radical ?


Du côté chinois, quelles que soient les provocations de l’Empire du Chaos, elles ne parviendront pas à faire dévier Pékin de son objectif en mer de Chine méridionale, ce vaste bassin regorgeant de ressources en hydrocarbures inexplorées constituant un corridor naval sur le flanc oriental de la Chine. Pékin poursuit inexorablement sa transformation, à l’horizon 2020, en une formidable puissance navale (haiyang qiangguo).


Quand bien même Washington fera pleuvoir 250 millions de dollars d’aide militaire au Vietnam, aux Philippines et en Indonésie dans les deux prochaines années, cela ne servira pas à grand-chose. Toutes ces manigances militaires de l’Empire devront prendre en compte, par exemple, le missile balistique hypersonique DF-21D tueur de porte-avions, d’une portée maximale de 2 500 kilomètres et capable de transporter une ogive nucléaire.


Sur le front économique, la relation Washington-Pékin restera le terrain privilégié du conflit par agents interposés. Washington pousse son Accord de partenariat transpacifique (de son acronyme anglo-saxon TPP), tel une sorte de pivot vers l’Asie de l’Otan. Cela reste pour le moment un effort vain car 12 États membres doivent encore le ratifier, et pas des moindres, le Congrès américain y étant particulièrement hostile.


Face à cette stratégie impériale unidimensionnelle, le président chinois Xi Jinping élabore, de son côté, une stratégie complexe à trois volets :
1.La parade au TPP qu’est la Zone de libre-échange d’Asie Pacifique (FTAAP)
2.La très ambitieuse politique Une ceinture, une Route
3.La parade chinoise à la Banque asiatique de développement (ADB, entité contrôlée par la Banque mondiale, les États-Unis et le Japon) qu’est la nouvelle Banque asiatique d’investissement pour les infrastructures (AIIB), dotée de suffisamment de moyens pour financer une avalanche de projets dans la région.


Pour l’Asie du Sud-Est par exemple, les chiffres parlent d’eux-mêmes. L’an dernier, la Chine a été le principal partenaire de l’ASEAN (Association des nations d’Asie du Sud-Est), pour un montant de 367 milliards de dollars. Ces chiffres ne feront qu’augmenter au fur et à mesure que la politique Une Ceinture, une Route prendra du galon, et qui est destinée à absorber 200 milliards de dollars d’investissements chinois d’ici à 2018.

Une relecture d’Au cœur des ténèbres


Les perspectives pour l’Europe sont maussades. Le chercheur franco-iranien Farhad Khosrokhavar est l’un des rares analystes à avoir cerné le cœur du problème. Selon lui, une armée réserviste de djihadistes sur le territoire européen continuera d’être alimentée en recrues par les bataillons de jeunes exclus de quartiers déshérités. Et rien n’indique que les dirigeants néolibéraux conservateurs de l’Union européenne vont mettre en place des politiques socio-économiques reposant sur une nouvelle forme de socialisation, et visant à extraire cette jeunesse désœuvrée de ses ghettos.


Ainsi, la seule échappatoire pour ces jeunes restera une version pathogène du djihadisme salafiste, prêché par des profiteurs manipulateurs, qui leur vendront, à l’aide de beaux discours, un ersatz de résistance, et qui est la seule idéologie alternative sur le marché de la pensée unique. Khosrokhavar définit cette population comme étant une néo-oumma, une communauté en effervescence qui n’a jamais existé historiquement, mais qui invite aujourd’hui ouvertement tout jeune Européen traversant une crise identitaire, qu’il soit musulman ou d’une autre confession, à la rejoindre.


Parallèlement, après près de quinze ans de guerre inlassable menée par les néoconservateurs américains contre des États indépendants du Moyen-Orient, le Pentagone va accélérer l’expansion sans limites de ses bases militaires existantes, de Djibouti, dans la corne de l’Afrique, à Irbil dans le Kurdistan irakien, pour leur faire prendre progressivement la forme de nœuds logistiques militaires.


De l’Afrique subsaharienne à l’Asie du Sud-Est, attendons-nous à une recrudescence de l’apparition de ces nœuds logistiques militaires, ou des membres des forces spéciales de l’Empire seront nourris, logés et blanchis.


Cette tendance à l’expansion de ces nœuds logistiques militaires a été qualifiée d’essentielle par le dirigeant du Pentagone et porte-voix de l’Empire de la pleurniche Ash Carter : Parce qu’on ne peut pas prédire le futur, ces nœuds logistiques militaires, de Moron en Espagne, à Jalalabad en Afghanistan, serviront de bases avancées pour répondre à toutes sortes de crises, terroristes ou autres. Ces bases nous permettront d’apporter une réponse unilatérale en cas de crises, d’opérations antiterroristes ou de frappes sur des cibles de haute importance.

Tout est écrit noir sur blanc : nous avons devant nous le Messianistan en action contre quiconque oserait défier les diktats de l’Empire.


De l’Ukraine à la Syrie, et à travers tout le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, la guerre par agents interposés que se livrent Washington et Moscou, et dont les enjeux vont en grandissant, n’ira pas en s’apaisant.


Tout comme la panique de l’Empire face à l’ascension chinoise d’ailleurs. Au fur et à mesure que les cartes du jeu géopolitique sont battues et redistribuées, que la Russie fournit les puissances eurasiatiques que sont l’Iran, la Chine et l’Inde avec des systèmes de défense balistique supérieurs à ce que l’Occident positionne en face, nous allons devoir nous habituer à cette nouvelle Guerre froide 2.0 que vont se livrer Washington et Pékin-Moscou.


Je vous laisse en compagnie de Joseph Conrad, qui écrivait dans Au cœur des ténèbres :

Il y a une corruption funeste, une saveur de mort dans le mensonge (…). Arracher leur trésor aux entrailles de la terre, tel était leur désir, sans plus d’intention morale pour les soutenir que n’en auraient des cambrioleurs de coffre-fort (…). Nous ne pouvions pas comprendre parce que nous étions trop loin et que nous ne nous rappelions plus, parce que nous voyagions dans la nuit des premiers âges, de ces âges disparus sans laisser à peine un signe et nul souvenir.

http://www.comite-valmy.org/IMG/jpg/pepe_escobar3-6.jpgPepe Escobar

Le 24 décembre 2015 – Source : Russia Today

Frédéric BERGER

 Note de l'EDM sur le gouverne-ment du N.O.M.

Cliquez dessus.

                        
et guerre civile en France (pas en Savoie)
cliquez sur le lien suivant: 

samedi 23 janvier 2016

SAVOIE, FRANCE, MAFIA, ROUEN, RWANDA,MRAP, LICRA, SOS RACISME, FREDERIC BERGER


Communiqué du Chancelier au droit des pauvres et chancelier du Sénat Souverain de Savoie.

Voici les exemples qui font que la Savoie , colonisée militairement par la France, doit retrouver sa Souveraineté.
En effet la SAVOIE ne peut plus cautionner le système maçonnique judiciaire à la française.
En droit savoisien, il existe la noble institution de "l'avocat des pauvres", pas en droit tordu maçonnique colonial français!

Avocat vient du latin ad vocatus= au secours, comme nous le rappelle Richard Armenante.


Frédéric Berger, licencié en droit et sciences économiques et docteur en droit canon sera, dès que la Souveraineté de la Savoie sera  reconnue par l'ONU (en cours, lecture préalable au Conseil des 24 depuis hier) , l'Avocat des Pauvres et rien d'autres.




FAITS et MÉFAITS de la SINISTRESSE de l’INJUSTICE

                                   de FRANCE, place Pue-Dôme







 


Qui sont les complices ?  Silence complice des journaux télévisés 


Nous connaissons l’assassin mais qui sont les complices de ce double meurtre ?
 Elise Fauvel, 24 ans, assistante de direction en recherche d’emploi, et Julien Tesquet, 31 ans, infirmier au CHU de Rouen, ont été assassinés dans la nuit du samedi au dimanche 20 décembre 2015.

Elise a été violée avant d’être tuée
.
 L’auteur de ce double meurtre, et du viol, vient d’être arrêté. L’ADN retrouvé sur les lieux du double crime, l’appartement d’Elise Fauvel, à deux pas de la place du Vieux Marché à Rouen, prouve sa culpabilité sans le moindre doute.

 Les deux corps dénudés étaient allongés côte à côte sur le sol.

Il s’agit d’un Rwandais de 34 ans, Jean-Claude Nsengumukiza,
en situation irrégulière en France depuis 2001. Condamné en 2011 à 8 ans de prison, par la Cour d’assises de la Seine Maritime, pour avoir (déjà) violé une jeune rouennaise dans la nuit du 4 août 2009.Il avait été libéré 3 semaines plus tôt du Centre pénitentiaire du Havre, après seulement 4 années d’emprisonnement.
 
Le jury populaire avait prononcé une interdiction définitive du territoire français. Il aurait donc dû être expulsé dès sa libération mais cette décision n’a pas été exécutée.

Alors je pose cette question : le coupable, ce monstre, va payer certes, mais les complices de ce double meurtre :


Ceux qui l’ont fait sortir de prison 4 années plus tôt.
Ceux qui l’ont laissé libre de circuler dans la région rouennaise.
Ceux qui n’ont pas procédé à son expulsion.
Ne sont-ils pas les complices de ces deux assassinats ?
 
Sans leur laxisme, le délitement de leurs fonctions, le désintéressement total de la vie d’autrui, le manque total de fermeté de leurs hiérarchies, deux jeunes français innocents seraient toujours en vie aujourd’hui.

Ces magistrats et ces fonctionnaires vont-ils poursuivre leurs carrières en toute tranquillité ? Auront-ils des nuits calmes ? Ne seront-ils pas hantés par les fantômes d’Elise et de Julien ?

C’est tout le malheur que je leur souhaite, puisque je n’ai pas le pouvoir de les condamner !



Madame la Garde des Sceaux, Christiane Taubira, êtes-vous fière de votre justice ?
 

 J.-P. Fabre Bernadac   Ancien officier de Gendarmerie   Diplômé de criminologie et de criminalistique 

Mais le plus intolérable est que ni « Soir 3 » ni les journaux de TF1 et de France 2 n’ont évoqué l’affaire. Si le casse mobilier d’une salle de prière clandestine a été relayé durant plusieurs jours avec, en apothéose, la visite de Cazeneuve en Corse, pas un mot, pas une image, pas une interview n’ont été accordés pour montrer les tenants et aboutissants de ce double homicide.

 Quant à notre gouvernement, pas une seule parole de compassion pour les deux victimes, par un seul mot de réconfort pour les familles. Devant une telle abomination, aucun communiqué des ligues de vertu (MRAP, LICRA ou SOS Racisme) pour fustiger assassinats et viol. Aucun responsable de la Ligue des droits de l’homme pour intervenir au « Soir 3 » comme il l’avait fait pour fustiger l’« extrême droite » à travers la manifestation de soutien aux pompiers corses. Pour ces médias, le saccage d’une salle de prière clandestine est sans doute plus important que le viol et le meurtre de jeunes Normands. Nous savons bien, évidemment, pourquoi…

Il faut que cette « propagande du silence » des médias cesse, il faut que par notre nombre nous fassions pression sur ceux-ci pour qu’ils y renoncent.

 J’ai quelques idées pour cela.

PIERRE D.

FRANCE=MAFIA

La France un pays mafieux et son administration fonctionne comme la mafia , il faut donc combattre les abus des administrations qui détruisent la démocratie , les élus , les journalistes devraient être les 1er contre-pouvoir du citoyen , lire et écouter une réalité sur la médiocrité judiciaire Française et le non-respect des droits de l’homme en France , indignez-vous avec moi mais pas seulement= https://blogs.mediapart.fr/edition/critique-raisonnee-des-institutions-judiciaires/article/031215/indignez-vous-avec-moi
 Comme disait un avocat, la vérité est dans les injustices, cette vérité là est la seule qui compte, elle est même à l’origine du mot Avocat « ad vocatus – Au secours ! », elle en est le moyen « ad vocare- parler pour ! ». La vérité judiciaire n’existe pas, car la justice n’a pas pour but de dire la vérité, la justice doit seulement la rechercher. Mais trop peu de fois les services judiciaires, l’administration recherchent la vérité .Enfin, un grand avocat ne va pas à la facilité, il cherche la vérité non l’intérêt, quand le malade est grave le médecin est grand.

Richard ARRMENANTE

Frédéric Berger, président Savoie Indépendante